Galaxie-Starwars.com
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Galaxie-Starwars.com


 
PortailAccueilDernières imagesRechercherS'enregistrerConnexionPartenairesFacebookTwitterInstagram
 

 Andy Serkis lève le voile sur son nouveau personnage

Aller en bas 
AuteurMessage
coyote
Team GSW
Team GSW
coyote


Masculin Nombre de messages : 30465
Age : 51
Localisation : Dans un p'tit village du Doubs

Andy Serkis lève le voile sur son nouveau personnage  Empty
MessageSujet: Andy Serkis lève le voile sur son nouveau personnage    Andy Serkis lève le voile sur son nouveau personnage  EmptyVen 28 Oct 2022 - 9:17

Rencontrez Kino Loy : Andy Serkis lève le voile sur son nouveau personnage de Star Wars
Une interview réalisée Anthony Bretznican pour Vanityfair.com - 26 octobre 2022


Andy Serkis lève le voile sur son nouveau personnage  Andy11
Andy Serkis parle de son nouveau personnage emprisonné de Star Wars : "Ils sont comme des rats dans une expérience scientifique." KATE GREEN/GETTY IMAGES

Andy Serkis est l'une des rares personnes à pouvoir exister à plusieurs endroits dans un même univers.
Après avoir incarné le leader suprême Snoke dans les suites de Star Wars par le biais de la technique de capture d'images,
il revient maintenant dans la galaxie avec son propre corps, sous la forme d'un tout nouveau personnage, le contremaître des détenus/travailleurs Kino Loy, dans le dernier épisode d'Andor.

Nous ne savons pas encore ce qu'il faut penser de Loy, qui est le responsable des tâches de l'unité Five-Two-D, qui correspond à l'étage cinq, chambre deux,
dans l'équipe de jour, à bord d'un vaste vaisseau pénitentiaire offshore.
Cassian Andor (joué par Diego Luna) a été arrêté, reconnu coupable et condamné à six ans de prison pour n'avoir été qu'un simple spectateur, et c'est ici qu'il est envoyé pour purger sa peine.
Les détenus assemblent des composants pour quelque chose (personne ne sait exactement quoi) pour l'Empire. Ces hommes sont soumis au travail forcé, et c'est Loy qui les dirige, bien qu'il soit lui aussi un prisonnier.

La star du Seigneur des anneaux, de la Planète des singes et le réalisateur de Mowgli et Venom : Let There Be Carnage, s'est entretenu en exclusivité avec Vanity Fair
au sujet de son retour dans Star Wars, cette fois dans la peau d'une personne n'ayant pratiquement aucun pouvoir. Du moins, selon Kino Loy.

Vanity Fair : Les gens vont entendre qu'Andy Serkis est dans Andor, et ils pourraient penser, "Oh, une histoire sur l'origine de Snoke !".

Andy Serkis :
[Rires] Je sais ! C'est une question difficile parce que je suis sûr que c'est exactement ce que les gens vont penser.
Et pourquoi penseraient-ils autre chose ? Je ne savais pas trop si je devais le faire ou non, mais c'est uniquement parce que j'adore Rogue One.
J'ai vraiment aimé l'ancrage de ce film dans un monde qui semblait à la fois réel et héroïque. De plus, j'ai l'occasion de jouer un personnage à l'opposé d'un chef suprême très puissant.
Kino Loy est une personne réelle dans ce monde.

Nous n'apprenons pas grand-chose sur Kino. Nous savons que c'est un prisonnier qui supervise le travail forcé d'autres prisonniers.
Que pouvez-vous nous dire d'autre sur lui ?


Ce que j'imaginais de l'histoire de Kino, avant qu'il ne soit en prison, c'était qu'il était un leader syndical. Il a l'habitude de travailler comme contremaître.
Je voulais qu'il vienne d'un endroit où il a été mis en prison pour avoir, peut-être, défendu les droits des travailleurs, puis placé dans une position d'autorité parce que c'est ce qu'il fait.
C'est un leader naturel. Mais il veut juste purger sa peine. Il a une famille. Il veut sortir et rentrer chez lui, et il suppose que c'est ce qui va se passer après son incarcération.

Il est abrasif au début. Je ne dirai pas que c'est un mauvais garçon, mais ce n'est pas quelqu'un de réconfortant.
Sa présence est dure et il fait comprendre à Cassian Andor qu'il ne se soucie pas vraiment de lui.
Il s'intéresse à la façon dont il s'intègre dans cette salle de travail qui fonctionne plutôt bien.


Exactement. Il ne veut pas froisser les gens. Il ne veut pas attirer l'attention.

Qu'est-ce qui motive Kino Loy ?

Évidemment l'électrification et le système de récompense. Si vous vous débrouillez bien, vous obtenez un arôme avec votre nourriture.
Si tu ne travailles pas bien, tu es électrocuté. Ils sont comme des rats dans une expérience scientifique. Donc tout le monde travaille simplement pour survivre et s'en sortir.
Il lui reste un an de prison et ensuite il sera libéré. Donc il ne veut pas que quelque chose vienne perturber cela.

Kino semble croire à un fantasme d'équité. Il pense que si vous suivez les règles, vous serez récompensé. Sans cette croyance, il ne pourrait probablement pas fonctionner.

C'est tout à fait exact. On lui a lavé le cerveau pour qu'il croie cela, même s'il sait probablement au fond de lui qu'il a été emprisonné injustement.
Il a en quelque sorte supprimé cette facette de lui-même. Il veut juste faire son temps et sortir. Ils agissent presque comme des robots. Andor remet en question cela.
Évidemment, il veut s'échapper, il veut sortir le plus rapidement possible, donc ces deux-là sont des forces opposées.

Kino peut aussi être gentil. Il n'est pas toujours un dur à cuire.

Non, non, non. Je veux dire qu'il est dur, mais il ne l'est que lorsqu'il semble que quelque chose va mettre en danger sa propre liberté ou celle des autres qui ont purgé leur peine et sont sur le point de sortir.
Il ne le tolère pas. C'est de l'amour vache.

Pensez-vous que Kino a un équivalent dans la vie réelle, où les gens décident de faire quelque chose même s'ils savent que c'est mal, parce qu'ils ont l'impression qu'il n'y a pas d'autre espoir ?

Ce genre d'histoires est une énorme métaphore du monde dans lequel nous vivons.
Elles construisent les pièces d'une machine. Ce sont de minuscules rouages. Ils fabriquent des pièces pour quelque chose, et ils ne savent même pas ce que c'est.
Mais ça ne peut être que quelque chose qui va améliorer et renforcer le pouvoir de l'Empire. Ce ne sont que des drones.
On pourrait comparer cela à de nombreuses situations dans le monde où des gens sont asservis ou soumis au travail forcé afin de produire quelque chose ou autre.

Et souvent, les gens disent : "Pourquoi ne se sont-ils pas soulevés ?" C'est dans la nature humaine de se sentir désespéré et de ne même pas essayer.
Parfois, ceux qui sont au pouvoir dépendent de ce désespoir, non ?


C'est briser la volonté humaine pour que vous acceptiez ce qui vous est donné. C'est pourquoi Cassian Andor est un personnage héroïque si extraordinaire.
Ce n'est pas comme si c'était un héros de cape et d'épée. C'est quelqu'un qui comprend qu'il faut se battre pour ce qui est juste.
L'individu peut faire la différence et [cette prison] est un environnement qui vous fait penser que l'individu n'a aucune chance de faire bouger les choses.

Est-ce pour cela que Kino se confronte à lui au début ? Il voit la sauvagerie et la nature indomptée de Cassian, et Kino a été apprivoisé ?

A cent pour cent. C'est la nature même de la façon dont ils sont torturés. Il n'y a aucun moyen de s'échapper à cause de l'électrification de l'environnement.
C'est cette réaction pavlovienne à la douleur qui va user votre système nerveux. Votre corps vous dit que si vous faites cela, vous aurez mal. Si vous faites ce qu'on vous dit, vous êtes récompensé.

Il n'y a pas de barreaux dans leurs cellules. La seule chose qui les retient est le choc qu'ils pourraient recevoir.
L'Empire a réussi à faire en sorte qu'ils ne veuillent pas partir. Leur peur devient la cage.


Exact. Absolument. Quand vous êtes dans ce lieu de tournage pendant des semaines et des semaines, tout le monde commence à penser comme un seul homme et
vous pouvez sentir que les gens perdent leur volonté. Une fois que vous étiez là-dedans, il n'y avait aucun confort.
Et ça vous laissait à la fin de la journée à penser, "Oh mon Dieu, sortez-moi de là." [Rires.] C'était vraiment intense.

Nous étions littéralement pieds nus. Et c'est un choix si intéressant de Tony Gilroy... Vous enlever vos chaussures, vous faire marcher pieds nus, c'est une sensation vraiment bizarre.
Vos pieds sur des plaques de métal pendant des jours et des jours et des jours, ça fait quelque chose à votre énergie. Ça vous épuise.

Habituellement, il y a des créatures, des droïdes et des gens qui se mélangent dans Star Wars. Pourquoi pensez-vous que cet endroit n'est que peuplé d'humains ?

Ils sont le plus bas de l'échelle. Les êtres humains dans cet environnement sont devenus insignifiants.
On a le sentiment d'avoir été déshumanisé, de ne pas avoir d'identité et d'être exactement le même que tout le monde. À cet égard, c'était donc une sorte de niveleur de masse.

C'est aussi un endroit où l'Empire a compris qu'il pouvait entretenir le ressentiment des travailleurs et les faire se battre plutôt que de se concentrer sur la source réelle de leur oppression.

C'est la base de tant de systèmes politiques. Diviser pour mieux régner fonctionne toujours. Nous le voyons se produire partout dans le monde.
Pensez à Spartacus. Reprenez tous ces grands films, et cette création est une brillante allégorie des systèmes politiques.

Y a-t-il d'autres films de prison qui vous ont servi d'inspiration ?
Il semble que cette partie d'Andor se profile comme la version Star Wars de The Shawshank Redemption ou peut-être de Cool Hand Luke, avec l'outsider qui secoue le système de l'intérieur.


Shawshank a presque l'air luxueux parce qu'on peut écouter de l'opéra !
Nous avons parlé de ces films. Mais c'était un environnement stérile, où vous ne pouvez pas avoir d'effets personnels.
Ce n'est pas comme si quelqu'un venait vous apporter des livres de bibliothèque à lire ou que vous pouviez aller travailler un peu dans les cuisines ou autre.
Même le système de douche : une porte se ferme, nous faisons tous la queue. Cette vapeur arrive, vous n'avez même pas le temps de vous laver.
Tu restes là, et tu te fais vaporiser. Et puis vous sortez et vous mettez vos vêtements de travail, qui sont les mêmes que vos vêtements du soir.
C'est juste comme si...

...tu entre juste dans un autre cercle, un autre mécanisme...

C'est ça.

https://www.vanityfair.com/hollywood/2022/10/andy-serkis-andor-kino-loy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.galaxie-starwars.com/portal.htm
 
Andy Serkis lève le voile sur son nouveau personnage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Andy Serkis parle de son retour dans Star Wars avec Andor
» Dark Ink : Trilogie Darkness By Andy Fairhurst
» Quoi de neuf dans votre collection? Volume 3
» Les collections du net
» personnage a dessiner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxie-Starwars.com :: Communauté Galaxie-starwars.com :: Reportages/Interviews-
Sauter vers: