Galaxie-Starwars.com


 
PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexionPartenaires
Partagez
 

 Kathleen Kennedy parle de Rise of Skywalker et de l'avenir

Aller en bas 
AuteurMessage
coyote
Team GSW
Team GSW
coyote

Masculin Nombre de messages : 25273
Age : 48
Localisation : Pas trés loin de Magikpimboli !

Kathleen Kennedy parle de Rise of Skywalker et de l'avenir Empty
MessageSujet: Kathleen Kennedy parle de Rise of Skywalker et de l'avenir   Kathleen Kennedy parle de Rise of Skywalker et de l'avenir EmptyMer 20 Nov 2019 - 18:08

Kathleen Kennedy, présidente de Lucasfilm, parle de The Rise of Skywalker et de l'avenir de Star Wars.
La présidente de Lucasfilm, Kathleen Kennedy, parle des défis à relever pour faire avancer la franchise, des critiques de George Lucas et bien plus encore.
Par BRIAN HIATT - Rolling Stone - Novembre 2019


Kathleen Kennedy parle de Rise of Skywalker et de l'avenir Starwa55

La présidente de Lucasfilm, Kathleen Kennedy, est peut-être la femme la plus puissante d'Hollywood mais elle n'est pas une nouvelle venue dans le monde des superproductions,
puisqu'elle est la productrice de Steven Spielberg depuis E.T. en 1982.
Ce partenariat s'est étendu avec les collaborations de Spielberg avec George Lucas sur les films Indiana Jones.
George Lucas qui a consacré Kennedy en 2012 en lui demandant de prendre sa succession lors de la vente de Lucasfilm à Disney.
En tant que gardienne de l'univers Star Wars, Kennedy a eu besoin de toute son expérience, n'hésitant jamais à changer ses équipes créatives, même au milieu du film si nécessaire,
comme sur la déception commerciale de Solo en 2018 .
En octobre, deux semaines avant que David Benioff et D.B. Weiss de Game of Thrones ne se retirent d'un accord conclu il y a un an pour développer une nouvelle trilogie Star Wars,
Kennedy a appelé Rolling Stone pour discuter de Star Wars : Episode IX : The Rise of Skywalker et de l’avenir cinématographique post-Skywalker pour la franchise qui reste grand ouverte,
alors même que le réalisateur de The Last Jedi Rian Johnson et Kevin Feige de Marvel développent de potentiels  films.

Le réalisateur de Jurassic World Colin Trevorrow devait écrire et réaliser l'épisode IX avant que vous ne rameniez J.J. Abrams aux commandes.
Cette dernière introduction dans la trilogie est-elle particulièrement difficile à réussir ?

Chacun de ces films est particulièrement difficile à réussir. Il n'y a pas de recette. On n'a pas de BD. Nous n'avons pas de romans de 800 pages.
Nous n'avons rien d'autre que des conteurs passionnés qui se réunissent et discutent de ce que pourrait être la prochaine mouture de l'histoire.
Nous passons par un processus de développement vraiment normal comme tout le monde le fait.
Vous commencez par parler à des cinéastes qui, à votre avis, possèdent la sensibilité que vous recherchez.
Et je dirais que la liste des gens qui ont vraiment la sensibilité de ce genre de films est très restreinte, puis l'expérience et la capacité de gérer l'énorme travail que représentent ces films.
Nous essayons donc d'être aussi réfléchis que possible au sujet de ces choix.
Je dirais aussi que parfois les gens s'impliquent dans le processus normal de développement, puis ils se rendent compte que c'est beaucoup plus qu’il ne l'aurait jamais imaginé.
Il est donc assez courant que lorsque vous travaillez sur des films, vous faites des choix et vous prenez des décisions qui ne vous permettent pas de faire exactement ce que vous voulez dès le départ.
Il s'agit d'un processus en constante évolution avec beaucoup de gens et beaucoup d'opinions et ensuite on essaie de façonner quelque chose en ce qu'il devient finalement.
Je me sens donc vraiment chanceuse d'avoir travaillé avec tant de gens formidables qui ont été absolument dévoués, J.J. étant l'un d'entre eux.
C'est un grand fan, incroyablement passionné par Star Wars, et ce depuis le moment où lui et moi avons commencé à en parler.
Et plus il s'impliquait, plus il était excité. Donc, je pense que si vous lui avez posé la question aujourd'hui, il aurait probablement aimé faire les trois, mais comme je l'ai dit, il s'agit de projets énormes.
C'est donc très difficile à moins qu'il n'y ait trois ou quatre ans entre les deux. C’est vraiment physiquement impossible.

Qu'est-ce qui vous frappe dans la façon dont lui et son co-scénariste Chris Terrio ont réussi à casser la baraque pour celui-là ?
Chris est un gars très, très attentionné et intelligent que J.J. a choisi et que nous avons tous appris à connaître.
Et encore une fois, il a subi une grande partie de ce que nous vivons souvent, c'est-à-dire des discussions interminables, beaucoup d'œuvres d'art.
Heureusement, J.J. a été déjà profondément immergé avec The Force Awakens et pendant le tournage de ce film c'était comme une éducation pour se familiariser avec tous les aspects de Star Wars.
Non seulement en réalisant les films, mais en parlant avec les personnes qui sont encore là et qui ont travaillé avec George pendant des années, en comprenant la mythologie qu'il a créée.
L'une des choses dont nous parlons tout le temps, c'est le fait qu'il était très important pour George que ces histoires aient vraiment un sens,
qu'elles aient quelque chose à dire et qu'elles aient un véritable noyau émotionnel.
Nous passons donc beaucoup de temps à en parler et à essayer de trouver l'épine dorsale d'une histoire qui soit satisfaisante.
Lorsqu'il s'agit, comme je l'ai dit, d'un film dont on n'a pas nécessairement la source, on cherche un cinéaste qui a un point de vue fort, qui peut se retrouver dans les personnages et dans l'histoire.
C'est ce qui anime l'élan de la narration. Et je pense que J.J. en est un parfait exemple. Il ne peut rien faire sans que son énergie et son enthousiasme ne deviennent partie intégrante de la narration.
Il est donc très amusant d'être dans une pièce avec lui lorsque vous essayez de raconter une histoire, parce qu'il a une énergie et un enthousiasme extraordinaires.
Et il est drôle. Ça aide toujours. Nous avons passé beaucoup de temps à rire.

Comment en êtes-vous arrivé au point où vous avez senti que "vous teniez" l'histoire de l'épisode IX ?
Je ne dirais pas qu'on arrive jamais à un point où on se dit : "C'est comme cela." C'est un processus en constante évolution.
Je veux dire, en ce moment, il y a encore de petites choses que nous essayons d'obtenir pour être au plus juste.
Vous ne stoppez jamais les versions de la narration qui ont lieu dans la réalisation de ces films.
Mais nous savons ce que sont ces huit films précédents. Nous savons ce qu'est cette histoire.
Donc, dans ce film, nous prenons tout ce qui nous précède et nous essayons de trouver une conclusion satisfaisante.
Et je pense que nous l'avons fait, et pour cela, nous ne pouvons compter que sur notre instinct pour y arriver, que nous l'ayons juste ou non.
Ensuite, il y a ce que j'appellerais la famille et les amis que l'on fait venir et à qui l'on montre des choses et on essaie d'obtenir des commentaires pour s'assurer que l'on donne du sens et
que l'on respecte les objectifs que l'on a fixés. C'est quelque chose dont nous parlons encore en ce moment.

Rian Johnson a fait des choix controversés dans l'épisode VIII : Le dernier Jedi.
Surtout si l'on considère que c'est le deuxième film de la trilogie, avez-vous, dans une certaine mesure, délibérément cherché à défier les fans et leurs attentes ?

Nous l'avons certainement fait. Nous parlons tout le temps de la façon dont nous faisons avancer Star Wars de la façon la plus pertinente possible.
Évidemment, nous ne voulons pas continuer à faire le même film encore et encore. Je suis donc d'accord avec vous. J'adore ce que Rian a fait.
C'est un film absolument merveilleux. Je pense que c'est un cinéaste extraordinaire. Et j'ai vraiment apprécié les gestes audacieux qu'il a fait.
Je pense que les gens oublient que, surtout lorsqu'on fait une structure trilogique, le premier film met les choses en place,
le deuxième est habituellement le conflit et le troisième est la résolution.
Ce deuxième film, tout comme Empire Strikes Back est probablement le plus sombre et le plus dramatique des trois. On en a parlé avec Indiana Jones !
Vous savez, nous avons fait Raiders of the Ark, puis Temple of Doom, qui était sombre et qui a suscité beaucoup de controverse et les gens ont été surpris de voir où cela menait l'histoire,
mais, franchement, c'est le but !

J'adore le fait que nous ayons ces fans incroyablement passionnés qui s'en soucient tant.
Et je sais qu'ils pensent parfois que nous ne les écoutons pas, mais ce n’est pas vrai, et j'ai pensé que c'était fantastique que les gens se soient mobilisés.
Cela m'a montré, à moi et à tout les autres, à quel point ils se soucient de nous. Et c'est important pour nous tous qui faisons cela.
Nous les considérons vraiment comme les gardiens de cette histoire autant que nous le sommes. Nous considérons cela comme une sorte de partenariat.

Certes. Quel que soit le film qui suivra, s'il n'est pas lié à la saga Skywalker, c'est l'un des plus grands défis dans l'histoire de la franchise.
Jusqu'à présent, à peu près tout était lié d'une certaine façon à l'histoire originale. Qu'en pensez-vous ?

C'est un défi incroyable, et c'est quelque chose que nous sommes en train de régler, et je ne peux même pas commencer à vous dire où cela pourrait nous mener,
car je pense que vous avez absolument raison. Je pense que quel que soit le prochain film et comment il commence à définir une nouvelle voie à suivre,
nous voulons prendre notre temps, parler et réfléchir avant de décider exactement ce que nous allons faire.

Donc vous n'avez pas encore vraiment décidé de la suite ?
Non.
Nous examinons diverses choses et diverses façons de commencer ou de ne pas commencer. Comme vous pouvez l'imaginer. On y va, on y retourne ? On va de l'avant ?
Toutes ces questions sont posées. On reste dans cette galaxie ? On passe à une autre ? L'univers est sans fin. C’est une bonne et une mauvaise nouvelle.
Les possibilités sont infinies. C'est libérateur, c'est excitant et cela crée aussi beaucoup de pression et d'anxiété.

Comment Kevin Feige de Marvel est-il entré en jeu ?

Kevin est un grand fan de Star Wars et il l'a dit clairement.
Et je pense que quand il était entrain de faire quelques films de Spider-Man, il s'est rendu compte qu'il pouvait en quelque sorte faire un pas hors de ce qu'il est en train de faire avec Marvel.
Il nous a parlé et il a parlé au studio et a dit, "Vous savez, est-ce qu'il y a une chance que je puisse intervenir et faire un des films de Star Wars ?"
Et j'ai trouvé que c'était une idée plutôt cool. Nous commençons tout juste à parler de ce que cela pourrait être et quand cela pourrait arriver. Mais c'est encore loin.

Savez-vous combien de temps encore vous aimeriez continuer à faire ce que vous faites ?
Je dois dire que j'apprécie vraiment cela. C'était incroyablement excitant. Et juste le fait que George m'ait demandé de le faire, j'ai ressenti une énorme responsabilité en m'occupant de la franchise et
il y allait y avoir de nouveaux films et il fallait former une équipe qui se souciait autant que lui de ce dossier.
Que se passera-t-il à l'avenir, pendant combien de temps et pour combien de temps encore ? Je ne sais pas encore. Je suis en train de regarder tout ça.
Cela a été incroyablement satisfaisant d'en arriver à ce point où nous avons terminé la saga et je pense, fait un film vraiment merveilleux.
Ça va être satisfaisant pour le public. C'est ce sur quoi je me concentre en ce moment même. Qui sait  ce que l'avenir me réserve ?

Grâce au nouveau livre de Bob Iger, nous connaissons maintenant en détail l'insatisfaction de George Lucas face à The Force Awakens. Qu'en pensez-vous ?
Personnellement, je connais George depuis que nous nous sommes rencontrés avant de faire Raiders of the Lost Ark.
Cela fait donc plus de 35 ans que je le connais et je continue d'être une de ces très, très bonnes amies.
Je pense qu'il y a beaucoup d'exemples où les gens créent quelque chose qui est fondamental pour eux, où il est difficile de lâcher prise et de voir cela devenir quelque chose de différent.
Je pense donc qu'au début, c'était difficile pour George, je ne pense pas qu'il ait prévu à quel point ce serait difficile.
J.J. s'y est lancé avec tant d'enthousiasme et franchement, de respect pour Star Wars et pour George et il a dû trouver ce qui lui était personnel. Il a dû s'approprier le film.
Chaque réalisateur qui entre dans un film doit faire quelque chose qui lui est propre. Il doit se retrouver dans la narration.
Et puis ça devient un point de vue différent. Et je pense que c'est tout ce à quoi George réagissait.

Il n'est peut-être pas d'accord avec tous les choix que J.J. a faits. Il n'est peut-être pas d'accord avec tous les choix que Rian a faits. Mais il apprécie le cinéma. Ça, je le sais.
Et il apprécie tellement, par exemple, ce qu'ILM (Industrial Light & Magic, la branche des effets visuels de Lucasfilm) a fait dans  ces films.
Je veux dire, c'est une société qu'il a créée. Et il ne cesse de me dire à quel point il est stupéfait du chemin parcouru et comment, maintenant, tout ce qui vous vient à l'esprit peut être réalisé.
Et il est descendu, par exemple, sur le plateau de The Mandalorian pour voir ce que nous faisions, il a travaillé longtemps avec le réalisateur Dave Filoni.
Et il connait le créateur de la série, Jon Favreau. Et il était comme un gamin sur ce plateau quand il regardait ce qu'on faisait.
Je le vois donc se retrouver encore une fois pris dans cette situation et je pense qu'on regrette un peu qu'il ne soit pas sur un plateau, qu'il ne réalise pas de film.
Et cela peut aussi se faire. Je ne peux pas vraiment parler tout le temps de ce que ressent George. Mais je sais qu'il est très, très fier de ce qu'il a créé.
Et voir les gens continuer et en profiter maintenant et jusqu'en 2020, c'est assez remarquable.

Y a-t-il un univers dans lequel George peut être attiré pour une sorte de one shot ou juste pour faire un truc ?
J'en doute fort. Mais écoutez, je pense que ce serait fantastique, s'il était intéressé pour faire quelque chose. Mais j'en doute.
Il travaille sur son musée, le Lucas Museum of Narrative Art de Los Angeles, en ce moment même.
C'est un projet énorme, qui va être absolument fantastique. C'est un musée narratif, donc cela le maintien dans la narration d'histoires.
Je pense qu'il aime ça et il y a sa petite fille Everest, elle a six ans. Il est donc plutôt épanoui.

https://www.rollingstone.com/movies/movie-features/lucasfilm-president-kathleen-kennedy-interview-rise-skywalker-future-star-wars-912393/

Pour compléter cet entretien avec la boss de Star Wars, un article passionnant ou Kathleen Kennedy parle de sa rencontre avec JJ Abrams :
https://www.galaxie-starwars.com/t8407-kathleen-kennedy-parle-de-sa-rencontre-avec-jj-abrams
Revenir en haut Aller en bas
https://www.galaxie-starwars.com/portal.htm
 
Kathleen Kennedy parle de Rise of Skywalker et de l'avenir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mr Kennedy renvoyé de la WWE!!!!
» Rise : Blood Hunter
» Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants
» [Kennedy, Douglas] Une relation dangereuse
» Dobrii Den n_n ( ou comment faire croire qu'on parle russe --' )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxie-Starwars.com :: Communauté Galaxie-starwars.com :: Reportages/Interviews-
Sauter vers: