Galaxie-Starwars.com
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Galaxie-Starwars.com


 
PortailAccueilDernières imagesRechercherS'enregistrerConnexionPartenairesFacebookTwitterInstagram
 

 Interview de Jon Favreau par Matthew Belloni pourTHR

Aller en bas 
AuteurMessage
coyote
Team GSW
Team GSW
coyote


Masculin Nombre de messages : 30475
Age : 51
Localisation : Dans un p'tit village du Doubs

Interview de Jon Favreau par Matthew Belloni pourTHR Empty
MessageSujet: Interview de Jon Favreau par Matthew Belloni pourTHR   Interview de Jon Favreau par Matthew Belloni pourTHR EmptyJeu 22 Aoû 2019 - 11:37

Jon Favreau dévoile la série Star Wars The Mandalorien, Marvel et une nouvelle entreprise.
Interview réalisée par Matthew Belloni pour The Hollywood Reporter


Interview de Jon Favreau par Matthew Belloni pourTHR Thr_0210

Avec Le Roi Lion, Spider-Man : Far From Home (un milliard de dollars de recette), The Chef Show sur Netflix et maintenant la série Disney+ sur le point de dévoiler une bande-annonce lors de D23,
le scénariste de Swingers parle de son prochain projet et comment il prévoit de relier le conte à la technologie (et Hollywood à Silicon Valley).
L'avenir du cinéma se déroule dans un parc de bureaux terne près de Whole Foods à Playa Vista.
C'est là que Jon Favreau a créé les 1,5 milliard de dollars de l'été dernier du Roi Lion, avec un moteur de jeu et un grand nombre d'artistes et de techniciens de pointe et c'est là que l'acteur,
scénariste, réalisateur et producteur dessine la saison 2 de The Mandalorian, une série TV Star Wars qui sera diffusée le 12 novembre sur le nouveau service Disney+
(dont la bande annonce sera présentée le 23 août, à la conférence D23.)

Favreau, 52 ans, a invité Matthew Belloni, directeur de la rédaction de The Hollywood Reporter, dans une salle de conférence tapissée de photos de Tatooine pour parler de son été fou
(en plus du Roi Lion, il a joué dans Spider-Man : Far From Home, qui a rapporté un milliard de dollars de recettes et il a lancé The Chef Show sur Netflix) et
pour présenter sa nouvelle entreprise, Golem Creations, nommée en l'honneur du personnage de conte de fées qui représente l’art donné vie à la créature magique.
C'est une étape logique pour un touche à tout qui, depuis qu'il a écrit et joué dans Swingers en 1996, s'est taillé une niche unique (et lucrative) en combinant ses passions
pour le conte et pour la technologie, en lançant le Marvel Cinematic Universe avec le techno-heavy Iron Man et en développant des murs vidéo immersifs pour les acteurs sur Mandalorian.

Marié et père de trois adolescents (sa femme Joya est médecin), Favreau vit dans le quartier ouest de Los Angeles et dit qu'il est toujours intéressé pour jouer,
mais il est très occupé à faire des documentaires pour Apple avec des dinosaures, l'expérience VR Gnomes + Goblins ainsi qu'une animation pour Netflix, Alien Xmas.
La conversation ci-dessous a été éditée pour plus de longueur et de clarté.

Commençons par l'objectif de la nouvelle entreprise. Qu'est-ce que Golem Créations ?

Favreau : Ce qui me fascine, c'est l'endroit où la technologie et la narration se rencontrent.
Méliès, les frères Lumière, Walt Disney, Jim Cameron. Elle est issue de la tradition de la magie sur scène.
Quand vous avez une percée technologique comme Star Wars, comme Avatar, comme Jurassic Park, l'esprit des gens entre dans un état de fusion où ils acceptent simplement cette illusion comme réalité.
Ce qui m'amuse aussi, c'est que vous n'êtes pas dupe, vous êtes complice en acceptant de suspendre votre incrédulité si le spectacle est suffisamment agréable.
C'est pourquoi Star Wars est si durable et pourquoi nous sommes entourés d'illustrations pour Star Wars,
pourquoi c'est un monde dans lequel je veux jouer parce que c'est la technologie et le mythe qui s'unissent parfaitement.

Quelles sont vos prochaines étapes ?

Une grande partie de ce travail se concentre sur les opportunités qu'offrent les nouvelles technologies de production, mais aussi sur ce que la technologie offre sous forme de supports et de distribution.
Pour The Mandalorian, nous utilisons la technologie des moteurs de jeu, le travail des caméras virtuelles et la production virtuelle que nous avons développée sur Lion King,
en appliquant ces connaissances nous concevons un projet utilisant les décors et extensions virtuels en utilisant un rendu temps réel et nous sommes les premiers à appliquer cela à une production.
Il est très intéressant pour moi d'apprendre à passer d'une idée à une production de qualité et responsable, en passant par la phase d’excitation comme des tout petits qui hurlent et
c'est quelque chose qui me fascine.

Il y aura des gens qui diront "production numérique" sur The Mandalorian et se diront "Super, on a vu la production numérique sur les pré-Star Wars et ça ne s'est pas très bien passé".
En quoi est-ce différent ?


Eh bien, je dirais que les préquels sont (et George Lucas en général est) le fondement sur lequel tout cela est construit.
C'est la première personne qui a utilisé la technologie de la photographie numérique, il a été la première personne à faire des personnages entièrement CG.
L'idée même de ne pas avoir une copie  du film et de n’avoir que des 0 et des 1, c'était George.
Sans parler d'EditDroid, qui s'est transformé en Avid puis Pixar a vu le jour dans les laboratoires de LucasFilm, donc il est sans doute le centre du Big Bang pour tout ce que je fais.
C'est construit sur ces innovations.

Interview de Jon Favreau par Matthew Belloni pourTHR Thr_0110

La réponse est donc que nous sommes 20 ans plus tard que les prequels ?

C'est 20 ans plus tard, et il y a eu aussi une démocratisation de l'ensemble des compétences.
Ce n'est plus quelques éditeurs qui innovent dans des tours d'ivoire, cette technologie a été étendue, diffusée et démocratisée pour que des effets qui vous coûteraient des millions de dollars,
vous puissiez l'utiliser avec un PC, maintenant, à partir des outils du cinéma de loisir, pour faire des films de la vie quotidienne.
Quand George est venu sur notre plateau et a visité le Mandalorian, il a dit : "Oh, nous l'avons fait", et ce qu'il voulait dire c'était :
"Nous avions un écran vert et nous construisions de petits décors et nous l'étoffions".
Maintenant, nous avons des murs vidéo, des cartes vidéo NVIDIA qui permettent un taux de rafraîchissement qui nous permet de faire des effets en temps réel,
nous sommes là pour profiter de ce qui se fait de mieux.

Vous m'avez montré quelques unes de ces vidéos, et ma première pensée a été : "Pourquoi diable J.J. Abrams va en Jordanie ?"

Chaque film est un casse-tête et il y a une liberté que vous avez en tant que conteur si vous allez dans un environnement réel. Cela vous affecte vous et l'élément humain.
Quand vous voyez Lawrence d'Arabie, dans quelle mesure c'est influencé par le fait d'être vraiment là et de ne pas le tourner à Calabasas. Je pense que vous auriez eu un film différent.
Ma façon de travailler et les histoires que je raconte sont spécifiquement axées sur ce que cette technologie a à offrir, donc je n'aurais pas pu réaliser l'épisode IX avec ces outils.
Si vous remarquez, il y a un certain aspect du personnage principal mandalorien, il y a la taille du vaisseau spatial, il y a une échelle qui correspond à la trilogie originale.
J'essaie d'évoquer l'esthétique non seulement cette trilogie originale, mais aussi du premier film.
Pas seulement le premier film, mais le premier plan du premier film.
C'était comment sur Tatooine ? Que se passait-il dans cette cantina ?
Cela me fascine depuis mon enfance, et j'adore l'idée du côté le plus sombre et le plus bizarre de Star Wars, l'aspect Mad Max de Star Wars.

Interview de Jon Favreau par Matthew Belloni pourTHR Thr_0310

Les gens pourraient supposer que Disney vous a demandé de réfléchir à quoi ressemble Star Wars à la télévision, mais l'inverse est vrai : vous êtes venu à eux, non ?

J'ai écrit quatre des épisodes avant même d'avoir un accord, parce que je voulais le faire, mais seulement s'ils voulaient faire la version que je voulais faire.

Et par là, vous voulez dire utiliser la technologie que vous avez mise au point et la mettre à l'échelle avec laquelle vous êtes à l'aise ?

Je pensais à Star Wars depuis que Disney a acquis Star Wars.
Quand je travaillais sur le Roi Lion, c'était un travail à plein temps pendant plusieurs années, mais il y avait beaucoup de temps où je devais être disponible environ trois heures par jour très ciblées.
Le modèle TV m'a permis d'être producteur exécutif sur Mandalorian, ce qui m'a permis, sur mon temps libre, d'écrire tout.
C'est un peu comme être chef.
Vous écrivez le menu, vous travaillez avec des gens qui sont excellents dans leur domaine, vous supervisez et aidez à guider les gens qui cuisinent les aliments,
vous travaillez à la chaîne et à la fin, vous faites la cuisine.

C'est pour ça que vous n'avez pas réalisé les épisodes ?

C'est pourquoi ça a bien marché pour Disney.
De plus, Disney+ est en train d'émerger et il y a une opportunité de raconter une histoire qui est plus grande que la télévision, mais vous n'avez pas les mêmes attentes qu'une grande sortie de vacances,
qui pour moi n'est pas ce genre de Star Wars. Le type de Star Wars qui m'a inspiré à de raconter est une petite chose avec de nouveaux personnages.

Mais Bob Iger dit que Disney+ est l'avenir de l'entreprise. Il y a donc une certaine pression sur ce show.

C'est pour ça qu'il est bon dans ce qu'il fait. Mais j'ai l'impression que c'est comme quand on a fait Iron Man.
Ce n'était pas comme si l'avenir de Marvel reposait dessus,même si l'avenir de Marvel reposait dessus parce que si nous avions échoué, ils auraient perdu leurs personnages collatéraux.

Comment pensez-vous que l'écosystème actuel du divertissement se positionne dans un paysage concurrentiel qui inclut Facebook, Fortnite et tous les autres qui luttent pour attirer l'attention ?

Nous devons être très sensibles à ce que les gens veulent vraiment.
Ma compagnie s'appelle Golem Créations parce que le Golem pourrait être utilisé pour protéger le village ou bien vous pourriez perdre le contrôle et le détruire.
La technologie est comme cela.
Vous devez vous assurer de savoir pourquoi et comment vous utilisez la technologie.
L'utilisez-vous simplement pour croître ou l'utilisez-vous pour faire participer les gens d'une manière qui leur plaît ?
Est-ce que vous leur donnez le pouvoir d'agir sur la façon dont elle est utilisée ?
Faites-vous preuve de transparence quant à la façon dont ils utilisent la technologie ?
Je pense que ce sont les questions de notre époque.

Les images numériques que vous venez de me montrer sont tellement réalistes, si j'étais un acteur qui me foutrait la trouille. Vous êtes acteur...

Oui.
Soit vous avez un réalisateur qui fait des choix, soit vous avez un acteur qui fait des choix, mais c'est un être humain.
Ce n'est pas un ordinateur. Le Roi Lion est le film le plus fait main que je n'aie jamais fait.
Des milliers d'heures d'attention humaine sont consacrées à chaque plan de ce film.

Interview de Jon Favreau par Matthew Belloni pourTHR Thr_0410

Mais les stars, Beyoncé et Donald Glover, se sont rencontrés à la première.

C'est vrai. Mais Billy Eichner et Seth Rogen étaient dans ma salle de montage et sur cette scène pendant des dizaines d'heures à travailler sur chaque scène avec moi.
Elle permet aux gens de participer. Elle permet à Donald Glover de travailler avec Beyoncé alors que Donald Glover est à Londres pour travailler sur Solo et à Beyoncé d'être avec ces jumeaux.
Ils n'auraient pas pu participer sur ce film sans cette technologie.
Cependant, si vous vouliez retirer les gens de l'équation, la technologie peut toujours être utilisée pour le faire.
Alors, quand la technologie finit-elle par enrichir l'expérience humaine et quand finit-elle par nous isoler ou nous remplacer ?
C'est pourquoi je veux être au milieu de cette phrase.

Pensez-vous qu'un film comme votre Chef de 2014 ferait ses débuts dans les salles aujourd'hui ?

Non, je ne l'aurais pas fait comme ça.

Mais le monde du cinéma indépendant a lancé votre carrière.

Ça a changé les choses pour moi.
Obtenir un chèque de quelques centaines de milliers de dollars pour la vente de Swingers a changé ma vie d'une façon telle que l'argent ne représentait plus quelque chose.
Une fois que vous libérez les gens de cette préoccupation et de cette dette, cela vous permet de vous engager de façon créative à un niveau plus important.

Pensez-vous que des entreprises comme Disney deviennent trop grandes et trop puissantes ?

Comparé à qui, Amazon ?

Interview de Jon Favreau par Matthew Belloni pourTHR Thr_0311

Comparé à ce qu'il était il y a 10 ou 15 ans. Il y a un effet de levier et un équilibre du pouvoir qui a un impact sur les gens créatifs.

Je sais que j'ai la capacité de travailler avec Disney et je m'amuse beaucoup dans ce partenariat.
Mais il y a aussi de nouvelles personnes qui financent les choses.
Je n'ai pas pu faire un documentaire avec Apple il y a 10 ans. Je ne pouvais pas faire une émission de cuisine en tant que réalisateur et caméraman pour Netflix.
Même parler à un distributeur comme Quibi de faire du stop motion court, travailler avec Netflix sur un spécial Noël en stop-motion.
J'ai essayé de travailler avec ces gars, les frères Chiodo, qui ont fait le stop-motion sur Elf, ça a pris plus de 15 ans, seulement parce que le business model a changé.
Oui, c'est la fusion - certainement de la propriété intellectuelle - avec Disney, mais Disney se trouve dans une position où elle doit être concurrentielle par rapport à des entreprises
qui respectent des règles différentes dans l'espace financier parce qu'elles sont des entreprises technologiques et des entreprises en croissance.

Que pensez-vous du point de vue de la Silicon Valley sur Hollywood ?

Je pense qu'ils considèrent qu'Hollywood a un énorme potentiel parce que nous nous sommes développés lentement.
C'est comme une forêt à croissance lente.
Il y a une relation que le public entretient avec nous et il y a une marque merveilleuse parce que nous associons ces grands souvenirs et ces grands films avec des cinéastes, des studios et des histoires.
Mais je pense que les entreprises technologiques sont toujours à la recherche de moyens de construire un meilleur souricière.
C'est presque comme le chemin de fer intercontinental venant de chaque côte et se rencontrant au milieu.
Il y a des gens comme Bob Iger et Kevin Mayer, qui étudient le domaine de la technologie et essaient d'amener une très grande entreprise dans une direction où elle est concurrentielle,
créative et florissante dans ce nouveau contexte.
En même temps, des entreprises comme Amazon et Apple s'orientent vers ce que fait Hollywood.
Ted Sarandos et Netflix sont intéressants parce que je le connais depuis très longtemps - je pense que j'ai participé à la première production originale.
Je crois qu'on a fait un épisode de Dinner for Five en DVD. C'est la première chose qu'ils ont financée. Il avait toujours un pied dans chaque communauté.
Je pense que les deux se méfient l'un de l'autre.
Au fur et à mesure que nous nous réunissons, c'est la raison pour laquelle il y a beaucoup d'incertitude, parce que nous établissons une nouvelle culture qui intègre des aspects des deux.

Pensez-vous qu'Apple, Amazon, Google et Facebook sont dans le contenu premium pour le long terme ou est-ce une mode ?

Raconter aux gens des histoires qu'ils aiment est la meilleure façon et la façon la plus naturelle d'interagir avec un public et d'avoir une relation qui attire leur attention.
Si Amazon fait un travail merveilleux en créant Le Seigneur des Anneaux et qu'ils prennent un engagement et construisent une histoire d'une manière qui enchante leur public,
il y aura une relation sincère où les gens vont volontairement courir chez eux et s'asseoir, regarder, puis discuter sur Internet à ce sujet.

Et achetez plus de produits sur Amazon.

C'est comme ça qu'Amazon monétise. Au fait, c'est une façon très sincère et franche de monétiser.

Mais le contenu premium est vraiment exigeant. Pensez-vous que ces entreprises le savent ?

Ils sont en train de l'apprendre. Parce qu'il n'y a aucune garantie. S'il y avait une formule, les studios y arriveraient à chaque fois.

Expliquez comment fonctionnera le documentaire sur les dinosaures Apple Prehistoric Planet.

Nous avons collaboré avec la BBC et les gens qui nous ont offert Planète Terre pour montrer des documentaires que vous pourriez filmer si vous pouviez voyager dans le temps,
mais en les présentant avec ce qui se fait aujourd'hui.
La technologie en est vraiment au point où l'on peut faire croire aux gens qu'ils regardent quelque chose qui a été filmé même si c'est généré par des ordinateurs.

Disney soumettra-t-il le Roi Lion comme un film en live ou un film d'animation pour l'attribution de récompenses ?

Techniquement, c'est admissible pour les deux, mais je ne pense pas que l'aspect technique soit ce qui est intéressant ici.
Ce qui est intéressant, c'est la façon dont les gens interprètent ce qu'ils regardent.
Nous avons atteint un niveau de photoréalisme. Vous êtes journaliste, vous êtes plus qualifié pour dire ce que c'est ou ce que ça devrait être.

Les animaux chantent et dansent. Je pense que c'est clairement un film d'animation.

Mon point de vue en tant que réalisateur est que j'aime que cette conversation ait lieu parce que cela signifie que les gens se sentent concernés.

Interview de Jon Favreau par Matthew Belloni pourTHR Thr_0510

Y a-t-il un personnage ou un projet qui pourrait vous inciter à revenir à la réalisation pour Marvel ?

Je leur parle parce que je suis très proche d'eux. Ce fut une expérience très intéressante d'être impliqué avec le Roi Lion et d'être impliqué avec Endgame.
Parce qu'avec le Roi Lion, nous prenions cette technologie qui n'est disponible que depuis peu et nous l'appliquions à l'un des grands mythes.
En même temps, nous voyons Tony Stark, qui a commencé comme un personnage très imparfait, utilisant la technologie, soit dit en passant, du premier Iron Man au 23e film avec Thanos.
Développer un personnage sur 23 films, soutenu par la performance de Robert Downey, la relation de Gwyneth Paltrow, du premier moment où vous les voyez à l'écran
jusqu'au dernier moment où vous les voyez ensemble, vous développez un tel lien émotionnel avec ce personnage.
Passer de l'égoïsme à l'altruisme et sur combien d'heures de film ? J'ai l'impression que la boucle est bouclée.
Donc, pour revenir au grand écran en ce moment même, en participant à ces deux projets, je suis déjà revenu.

Mais allez-vous continuer à jouer en tant qu'acteur ?

Bien sûr, j'adore faire ça. Et j'apprends parce que je suis sur le plateau les autres. Quand je vois les frères Russo réaliser, c'est génial.
Quand je me retrouve sur le plateau de Spider-Man de Jon Watts, je me suis plus amusé dans son dernier Spider-Man que dans n'importe quel rôle dont je me souvienne.

Downey et vous êtes dedans depuis le début. Lui avez-vous parlé de sa vie post-Marvel ? Qu'est-ce qu'il pense ?

Je ne sais pas ce qu'il pense, mais il ferait mieux de réaliser. Sinon, je ne serai plus son ami. C'est la star du plus grand film de tous les temps.
C'est lui qui l'a fait. Alors maintenant, tu ferais mieux de faire ce que tu aimes.
Parce que si vous ne pouvez pas faire ce que vous aimez, comment allez-vous inspirer tous ceux qui gravissent cette échelle ?
Il a beaucoup de passion. C'est un artiste : Il comprend les arts visuels, il comprend la musique. Je pense qu'il serait un sacré réalisateur.
J'espère que j'aurai un rôle s'il décide un jour de mettre en scène parce que je veux lui montrer ce que j'ai ressenti quand j'ai tourné avec lui. Je veux lui montrer l'autre côté de l'équation.

Dites-nous quelque chose sur Elon Musk qu'on ne sait pas.

Je l'ai rencontré quand je faisais Iron Man. Il est dans Iron Man 2.
Il nous a laissé filmer gratuitement dans SpaceX, bien avant le lancement des fusées, donc le chantier de Justin Hammer est SpaceX.
Il comprend l'impact qu'il a sur l'avenir. Il comprend la narration d'histoires, que ce soit dans la façon dont il fait ses présentations ou dans ce vers quoi il gravite.
Quand il veut expliquer les choses, c'est souvent en faisant référence à quelque chose qui est apparu dans la fiction.
Que vous fassiez des films ou que vous vendiez une idée futuriste la meilleure façon de le raconter et au travers d'une bonne histoire.
On vous a raconté l'histoire de l'iPhone, on ne vous a pas seulement donné l'iPhone. Rappelez-vous, l'iPhone n'a jamais eu de manuel d'instruction.
Le téléphone à rabat n'aurait jamais existé sans Star Trek. L'ingénieur qui l'a développé l'a vu dans Star Trek et a dit :
"Comment je peux construire ça ?"
Après Iron Man, je suis allé à SpaceX, et si vous vous rappelez quand Robert Downey est en train de concevoir la combinaison Iron Man, il met son bras dans un hologramme et le bouge.
Musk a demandé à son équipe de construire ce système d'impression 3D basé sur la manipulation d'hologrammes parce qu'il l'a vu dans le film.

Vous êtes maintenant une célébrité de la gastronomie, alors les gens doivent vous approcher pour ouvrir des restaurants tout le temps.

J'ouvrirai un restaurant.

Pourquoi vous n'avez pas déjà un restaurant ?

Quand je dois en parler à Roy Choi et il est trop pragmatique.
Mais vous verrez un restaurant un jour ou l'autre de ma part.
Les restaurants sont formidables, mais même s'ils ont beaucoup de succès, que font les chefs en fin de compte ?
Ils se lancent dans le merchandising ou deviennent des personnalités de la télévision. C'est comme ça qu'on monétise le fait d'être un grand chef.
On ne fait pas le poids face au French Laundry (restaurant étoilé de cuisine française situé à Yountville en Californie).
Ce n'est pas comme ça qu'on monte en gamme. Je m'en inspire.
Je veux un bar à huit places où je serai derrière le comptoir.
Je n'ai pas une bonne mesure.

https://www.hollywoodreporter.com/news/jon-favreau-unveils-star-wars-series-mandalorian-marvel-plans-a-new-venture-1233239
Revenir en haut Aller en bas
https://www.galaxie-starwars.com/portal.htm
 
Interview de Jon Favreau par Matthew Belloni pourTHR
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FN60 - Le traître (Matthew Stover)
» Interview de Jeremy Bullock
» Interview Kenny Baker - R2 D2
» INTERVIEW de Lucile Galliot - Pocket
» Interview de Marcus au TGS 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxie-Starwars.com :: Communauté Galaxie-starwars.com :: Reportages/Interviews-
Sauter vers: