Galaxie-StarWars.com
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Galaxie-StarWars.com


 
PortailAccueilDernières imagesRechercherS'enregistrerConnexionPartenairesFacebookTwitterInstagramThreads
 

 Derrière les paris (généralement) risqués de Lucasfilms

Aller en bas 
AuteurMessage
coyote
Team GSW
Team GSW
coyote


Masculin Nombre de messages : 31893
Age : 53
Localisation : Dans un p'tit village du Doubs

Derrière les paris (généralement) risqués de Lucasfilms Empty
MessageSujet: Derrière les paris (généralement) risqués de Lucasfilms   Derrière les paris (généralement) risqués de Lucasfilms EmptyJeu 13 Avr 2023 - 9:45

Star Wars : Derrière les paris cinématographiques (généralement) risqués de Lucasfilm
Après des années de réflexion suite à l'échec du spin-off "Solo", Kathleen Kennedy a décidé de lancer une série de films,
tout en laissant le choix du titre qui sortira sur grand écran en 2025.

Borys Kit - 12 avril 2023 - hollywoodreporter.com


Ashlyn Ni Fhearghail, une Irlandaise transplantée au Moyen-Orient, se tenait sur la scène de la convention Star Wars Celebration à Londres,
habillée comme l'un de ses personnages préférés, Rey, lorsqu'elle a entendu la nouvelle.
Dans une autre partie du centre ExCeL, Lucasfilm venait de révéler qu'il allait enfin mettre en chantier de nouveaux films Star Wars et que l'un d'entre eux serait centré sur Rey,
le personnage rendu célèbre par Daisy Ridley dans la trilogie de Disney.
Pour Ni Fhearghail, qui se tenait debout avec une autre fan déguisée en Rey en train de comparer leurs costumes, il s'agissait d'un signe.
"Nous sommes impatients de voir plus de films avec elle et plus de films en général", a-t-elle déclaré.

Pour reprendre une analogie de Star Wars, ce sont ces fans que Lucasfilm doit rechercher, du moins lorsqu'il cherche à construire une liste de films gagnants.
Il n'y a pas eu de film depuis L'ascension de Skywalker, qui a été lancé en décembre 2019 avec un accueil critique moyen et des recettes mondiales de 1,077 milliard de dollars.
Ce film, ainsi que Solo : A Star Wars Story, qui a enregistré une contre-performance au box-office en 2018 avec 392 millions de dollars, a conduit Kathleen Kennedy, chef de Lucasfilm,
et Bob Iger, PDG de Disney, à faire une pause dans le secteur des longs métrages.

Heureusement, un pivot vers la télévision avec The Mandalorian de Disney+ a revigoré la marque historique, créée pour la première fois par George Lucas en 1977, de manière inattendue.
Il existe désormais tout un univers lié au Mandalorien - Le Livre de Boba Fett, la future série Ahsoka - qui a fait de Jon Favreau, le réalisateur d'Iron Man et du Roi Lion,
et de Dave Filoni, le créateur de Rebels et de Clone Wars, les forces créatives les plus importantes de Star Wars depuis Lucas lui-même.
L'histoire personnelle de Filoni est elle-même remarquable, celle d'un fan devenu un protégé de Lucas,
qui est devenu le meilleur créateur de l'animation Star Wars et qui transpose maintenant ses personnages animés et ses scénarios en prises de vues réelles.
Pour couronner le tout, l'un des trois nouveaux films sera réalisé par Filoni, dont ce sera le premier long métrage en prises de vues réelles,
et il tissera les fils des séries axées sur les Mandaloriens en un film événement centré sur "l'escalade de la guerre entre les vestiges de l'Empire et la Nouvelle République naissante".

Et c'est là que le bât blesse pour le nouveau trio de films. Lucasfilm ne s'est pas engagé sur un calendrier pour les nouveaux films annoncés,
ayant appris la leçon à ses dépens après avoir daté des films avant que les longs métrages ne soient mis en production.
(En 2019, le plan prévoyait que le prochain film Star Wars sortirait le 16 décembre 2022, et les autres films en 2024 et 2026).
Parmi les autres titres, Rogue Squadron de Patty Jenkins - initialement présenté comme "le plus grand film de pilotes de chasse jamais réalisé" - a été une des victimes,
ce projet ayant été retiré du calendrier de sortie de 2023 après avoir été dévoilé lors de la journée des investisseurs de Disney en 2020.

Mais la date de décembre 2025 reste ouverte pour un film Star Wars non spécifié, qui pourrait théoriquement être l'un de ces titres.
Une source indique à The Hollywood Reporter que Lucasfilm aimerait idéalement revenir dans les salles avec le film centré sur Rey et le faire suivre un an plus tard par le film de Filoni,
bien que rien ne soit défini en raison des calendriers des séries de l'univers Mandalorian de Disney+.

Derrière les paris (généralement) risqués de Lucasfilms Thr_0113
Dave Filoni avec Daisy Ridley et la réalisatrice Sharmeen Obaid-Chinoy - Star Wars Celebration. KATE GREEN/GETTY IMAGES

Les trois nouveaux films sont encore loin d'être tournés et sortis.
Le long métrage de James Mangold, qui se déroule dans le passé lointain de l'univers Star Wars, devrait idéalement être réalisé après que le cinéaste ait tourné son biopic sur Bob Dylan pour Paramount
(le tournage devrait commencer cet été).

Le film de Filoni dépend de la machinerie des séries télévisées qui s'imbriquent les unes dans les autres et tiendra compte des calendriers d'une quatrième saison du Mandalorien
et d'une éventuelle deuxième saison d'Ahsoka. Cette dernière n'est pas acquise et dépendra des résultats de la première saison, qui débute en août.
(Dans le dernier classement des audiences hebdomadaires en streaming de Nielsen, The Mandalorian se situe à la sixième place, avec 889 millions de minutes de visionnage de ses 18 épisodes,
dont les deux premiers épisodes de la troisième saison).

Le projet le plus avancé est celui de Rey, qui en est à sa deuxième phase de scénarisation, le créateur de Peaky Blinders Steven Knight ayant pris la relève de Damon Lindelof et Justin Britt-Gibson.
Sharmeen Obaid-Chinoy est à la réalisation. Ce film est aussi un moyen pour Lucasfilm d'avoir son Bantha.
Les films Star Wars se sont tenus à l'histoire globale de la famille Skywalker, qui était censée s'achever avec Rise of Skywalker. Lucasfilm avait indiqué qu'il dépasserait ce cadre.
Mais les adieux ont été difficiles, et le Lucasfilm de l'ère Disney est devenu un peu réticent à prendre des risques - c'est du moins ce que déplorent les initiés de Star Wars.

Deux des trois nouveaux films atténuent les risques. Un film sur les Mandaloriens est à peu près aussi sûr qu'on puisse l'être
- les produits dérivés Grogu sont déjà dans les rayons des magasins - et le personnage de Rey reste populaire et se rattacherait à la saga Skywalker sans s'y rattacher officiellement.
Le projet de Mangold, une épopée sur les origines de la Force se déroulant 25 000 ans avant les films actuels, est donc celui qui repousse vraiment les limites de ce que pourrait être un film Star Wars.
(Son slogan : "Raconter l'histoire du premier Jedi à manier la Force et à en faire un pouvoir libérateur dans une ère de chaos et d'oppression").

Selon la présidente de Lucasfilm, Mme Kennedy, les trois films visent à présenter le "passé" (le film de Mangold), le "présent" (le film de Filoni) et
le "futur" (le film de Rey) de la chronologie canonique de l'univers Star Wars.
Mais la société a eu du mal à se frayer un chemin avec les projets et les visions de réalisateurs et d'écrivains de renom.
Les projets des créateurs de Game of Thrones, David Benioff et Dan Weiss, font partie de ceux qui se trouvent dans le compacteur de l'Étoile de la mort, tandis que les films de Rian Johnson,
le réalisateur des Derniers Jedi, flottent quelque part dans les Régions inconnues.
Sans oublier que les deux derniers films dérivés - Rogue One et Solo - ont tous deux vu leurs réalisateurs évincés,
tandis qu'un troisième film dérivé centré sur Obi-Wan Kenobi a été abandonné et relancé sous la forme d'une série Disney+.

Derrière les paris (généralement) risqués de Lucasfilms Thr0210
La chronologie du canon Star Wars est affichée au-dessus d'Ali Plumb, Kathleen Kennedy, James Mangold, Dave Filoni et
Sharmeen Obaid-Chinoy sur scène lors du panel du studio à Star Wars Celebration 2023 à Londres à ExCel le 07 avril 2023, à Londres, en Angleterre.


"Ils n'ont pas de George", déclare un producteur au fait des rouages bureaucratiques de Lucasfilm, en référence à une figure créative unique qui guiderait la franchise.
"Kathy n'est pas George. Filoni est celui qui s'en rapproche le plus à ce stade".
Cette source utilise la trilogie originale comme exemple : Même si Irvin Kershner a réalisé L'Empire contre-attaque en 1980 et Richard Marquand Le Retour du Jedi,
ces deux films étaient toujours portés par une seule et même force créatrice, Lucas.
Pour trouver l'équivalent aujourd'hui, il suffit de regarder du côté de Marvel Studios, la société sœur de Lucasfilm, où Kevin Feige supervise tous les aspects créatifs des films et des séries télévisées.

D'une certaine manière, cela revient aux fans et à la force de leur foi. Star Wars Celebration les a accueillis pendant quatre jours,
avec une fréquentation en hausse depuis la dernière apparition de la convention à Londres en 2016, attirant des participants de France, d'Italie, d'Allemagne, d'Amérique du Sud et d'ailleurs.
Selon les initiés, il s'agissait de la plus grande Star Wars Celebration internationale jamais organisée, avec des dizaines de milliers de visiteurs quotidiens au centre de convention ExCel.
Les fans de la franchise sont si dévoués qu'ils ne se contentent pas de s'habiller comme leurs héros préférés, ils construisent des droïdes fonctionnels et des vaisseaux spatiaux grandeur nature.
Nombre d'entre eux sont organisés et font œuvre de charité. Un homme a fait du jogging sur un tapis roulant en tenue de Stormtrooper pour collecter des fonds pour l'association Make-a-Wish.

"Il y a des problèmes dans tous les films Star Wars, mais je les ai tous appréciés", a déclaré Kiefer Jenkins, qui venait de se faire tatouer Star Wars.
Il était venu de Los Angeles avec sa femme pour assister à la convention et portait un costume de Mandalorien.
"Je suis heureux qu'ils semblent prendre plus de risques", a-t-il déclaré. "Les risques, qu'ils soient bons ou mauvais, donnent toujours lieu à quelque chose d'intéressant.
Je serai présent dès le premier jour de la sortie des films".

Mais cette bienveillance s'estomperait si au moins un de ces films ne voyait pas le jour.
"S'ils ne font pas au moins ce film sur Rey", prévient un producteur qui a travaillé avec la société, "Lucasfilm brûlera tout le capital sympathie qu'il lui reste auprès de cette base de fans".

https://www.hollywoodreporter.com/movies/movie-news/star-wars-lucasfilm-rey-movie-mangold-filoni-1235371547/

_________________
GALAXIE STARWARS : ROMANS, COMICS et MAGAZINES STAR WARS
https://twitter.com/GalaxieStarwars
https://www.facebook.com/Galaxie.SW.FR/
https://www.instagram.com/galaxie_starwars/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.galaxie-starwars.com/portal.htm
 
Derrière les paris (généralement) risqués de Lucasfilms
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paris comics expo - 23 & 24 novembre 2013 - Paris
» FN58 - Derrière les lignes ennemies 01 - Le Rêve Rebelle
» FN59 -Derrière les lignes ennemies 02- La résistance rebelle
» Kidexpo ( 75) Paris
» COMIC CON’ - Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxie-StarWars.com :: Les films Star Wars au cinéma :: Star Wars - La Saga-
Sauter vers: