Galaxie-Starwars.com

PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionPartenaires



Partagez | 
 

 Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Sam 29 Aoû 2009 - 18:13

Bon je me décide a venir poster ici, un peu de ma fiction. Vous l'aurez compris le titre fait ouvertement référence a une autre trilogie (enfin plus maintenant) Indiana Jones Content. J'espère que ce premier article vous donnera envie de connaitre la suite.
__________


Quelque part dans l'univers


Dans l'immensité de la galaxie, il voyageait en toute quiétude. Éprouvant les sentiments d'âmes sans importance ; effleurant les sources même de la vie et de la mort. Regardant avec sa conscience ce que l'avenir réservé à l'univers ; le chaos et la désolation étant maître de ce futur qui ne le ravissait pas totalement. Puis, un échos l'interpella. Son cœur se mit à battre fort dans sa poitrine. D'anciennes voix, résurgence d'un passé trouble et si lointain se réveillèrent à lui. Et ce bourdonnement incessant dans sa tête chuchotant à son oreille ce qu'il avait oublié quelque part, lui donnait l'impression d'être enfermé dans son propre corps. N'étais ce pas déjà le cas d'ailleurs ? Il respira profondément et en appela à la Force pour apaiser les ardeurs de son cœur, détendre ses muscles contractaient ; son esprit éprouvait.
Seul dans sa chambre, le muun se redressa de sa couche. Son être vibrait encore du message qu'il venait de recevoir. Le côté obscur avait crié à son oreille. Quelqu'un avait pénétré le sanctuaire. Doucement, l'ombre se leva et alla se poster devant un large miroir reflétant l'image de son corps vieillissant. Malgré toutes ses capacités et toute sa maîtrise de la Force ; malgré la découverte du pouvoir ultime ; il ne pouvait faire reculer le temps aussi aisément. Mais il avait déjà tant vécu. Sa tête d'un blanc crayeux et allongé alla de droite à gauche, faisant craquer les os de sa nuque. Ses yeux enfonçaient dans leur orbite, n'avaient plus l'éclat d'autrefois. Il vieillissait : Oui ! Mais, pourtant si âgé, il restait encore si fort.
Lentement, par sa seule volonté, les lumières de sa chambre éclairèrent de leur sobriété, le minimalisme de la pièce au mur terre-brune. Peu de meubles si ce n'était une table ronde et deux chaises, un lit et une étagère pleine d'holobook. Une tenture pourpre cachait la baie qui donnait sur un paysage morne.
Le Muun s'habilla, les yeux perdus dans ses pensées. Il avait trop attendu. Il était temps de cacher la menace une bonne fois pour toute. D'empêcher quiconque de la faire sortir.
Son pas résonna dans le sombre couloir au mur taillé dans la pierre de Schist. Il aimait le calme et le silence qui régnait dans cet ancien temple sith ou ne vivait plus que des ombres et de vieux souvenirs. Pénétrant sur la petite aire d'appontage, en plein air, il se retourna vivement. Son apprenti le surprenait de jour en jour depuis quelque temps et cela commençait à l'inquiéter. Il était pourtant si fier de son disciple. Cet humain de vingt-huit ans était à la hauteur de son enseignement. Il trouvait en lui une résonance à ses propres inspirations qu'il reniait pourtant encore et toujours. Car il n'était pas pour rien qu'on le surnommé "le sage". Il avait appris, dévoilé toutes les arcanes de la Force quel qu'en soit son pendant et pourtant il restait une part de lui qui le menait vers le bien, ajustant ainsi un équilibre qui le rendait imperméable à l'irraisonné.
- Que veux-tu apprenti ? demanda t-il de sa voix enrouée.
- Où allez-vous maître Plagueis ?
- Là où je vais tu ne viendra pas Sidious !
Les deux ombres, dont le vent fort faisait claquer leur longue toge, se toisèrent. Chacun cherchant à sonder l'autre ; à se cacher de l'autre. Finalement, l'apprenti fit une légère inclinaison de la taille.
- Bien, maître.
Plagueis expira longuement.
- Bien, bien ... Pendant mon absence, profites en pour libérer ton esprit de toutes ces folles pensées qui l'obscurcissent. Tu dois asservir ta colère et non le contraire.
- Oui maître.
Darth Plagueis, satisfait, rejoignit le petit C-16 Norien dont la forme effilé et le lustre corrodé du fuselage, le faisait ressembler au bec d'un oiseau Orsh.
- Nous en parlerons à mon retour, tonna Plagueis à l'adresse de son apprenti en s'engouffrant dans l'appareil.

La rampe se releva dans un sifflement et le vaisseau en quelques instants ne fut plus qu'un point lumineux dans le ciel rougeoyant. Darth Sidious inspira profondément se maudissant d'avoir laissé un instant son maitre percevoir son âme.
- C'est cela. Nous en parlerons à votre retour, Maître Plagueis. Un sourire étrangement carnassier se dessina sur les lèvres fines de Darth Sidious qui attendait, patiemment, son heure.
__________


Darth Plagueis marcha d'un pas lent sur le sol sec. Voilà des décennies qu'il n'avait pas foulé de ses pieds cette terre. A chaque aspiration il sentait la Force s'immiscer en lui et chaque expiration la faisait s'envoler, laissant un peu d'elle dans son être. La Force était si vivante ici, que le sith se demandait parfois si elle n'avait pas élu domicile en ce monde. La nuit était claire et les deux lunes Onna la Contemplative et Onni la tourmentée, étaient réunies pour quelques heures seulement. Le ciel était clair dans cette plaine. Les étoiles miroitant dans leur écrin. Certaines naissaient tandis qu'il posait ses yeux sur elle et d'autres se mourraient. Qui parmi elle ne transmettraient plus leur éclat à la prochaine union des deux lunes, car la lumière aurait terminé, alors, son long voyage. Il aimait se poser ces questions qui lui rappelaient son insignifiante existence.
Darth Plagueis reprit sa marche, s'engouffrant dans la végétation, il arriva enfin prés de la porte du sanctuaire. Grande ouverte, elle était restée un lieu d'accueil pour les voyageurs égarés. Mais, quand viendrait le jour où l'un d'entre eux parviendrait à ouvrir la grande porte noire devant laquelle il se tenait désormais.
Le sith s'en approcha et d'un arc de la main, la grande porte métallique répondit à son ordre et s'ouvrit de bas en haut. L'air vicié, enfermé dans ce lieu depuis des temps reculés, s'échappa dans un sifflement. Le traversant à son passage, il charriait avec lui une odeur de renfermé. Le noir dominait l'antre, prêt à engloutir le visiteur qui venait de perturber son sommeil.
Elle était toujours là. Elle n'avait pas bougé. Darth Plagueis eut le désir, un bref instant, d'aller la voir. De la tenir dans ses mains. Mais sa sagesse prit le pas sur cette idée folle. Il referma la lourde porte qui tonna quand les créneaux s'encastrèrent dans leur habitacle. Après avoir contemplé une dernière fois les bas-reliefs qui ornaient les murs, racontant le passé, le présent et l'avenir de l'univers, il reprit les marches et sortit du sanctuaire. Elle devait demeurer ici et nulle part ailleurs. Et viendrait le jour où il devrait se résoudre même à la détruire.
Le sith grimpa la pente après avoir fermé les portes du sanctuaire.
Serait-ce suffisant ? ce demanda-t-il brusquement.
Figé sur la rampe d'accès au vaisseau, Darth Plagueis regarda la vallée en contrebas. Toute la végétation n'avait pas suffi à cacher le sanctuaire. Les portes fermées ne suffiraient pas devant un jedi ou un quelconque utilisateur de la Force. Il s'en fallait de peu qu'elle s'échappe un jour. Il devait la noyer dans la masse, la faire disparaître des yeux de tous. Son regard se porta plus sur l'horizon de l'autre côté de la vallée, où sur les hauteurs d'une falaise ce perchait un lac immense nourri par un torrent qui se déversait sans discontinuer. L'éclat des deux lunes se reflétait sur la surface de l'eau.
- Ces deux lunes aussi grosses et orgueilleuses l'une que l'autre méritent d'avoir chacune son miroir. Plagueis sourit à ses mots.
Sondant dans les entrailles de la Force, il ferma les yeux et voyagea de l'autre coté de la vallée. Puis de ses bras tendus à l'extrême il effectua une pression incommensurable et d'un simple relâchement de ses membres, un pan tout entier de la falaise s'effondra dans la cuvette, écrasant fleurs et arbres. La brèche laissa s'échapper l'eau du lac qui noya la vallée.
Le Sith s'en retourna à l'intérieur du vaisseau, satisfait de lui. Bientôt, cet endroit ne serait plus qu'un énième lac dans le paysage de Ksa'Ann
__________


- 35 B.Y. Bien des années plus tard
Quelque part dans l’antre du Collectionneur


Dans le noir de l'espace constellé de ses étoiles ; subissant les rayonnements discontinues des pulsars, et les nécroses que représentaient les trous noirs ; la lourde toupie qu'était le vaisseau Ondarien le " Trésor", voguait vers une destination connu par son seul maître.
Le nemoidien porta à ses lèvres le verre de cette liqueur qu'il appréciait plus que toutes, car si rare. Il garda dans sa bouche cette petite gorgée à la robe mordorée et profita de son arôme, de son goût à la fois amer et fruité. Après avoir longuement joui de son goût inimitable dont seul ses papilles avaient l'honneur de se délecter, il avala le précieux alcool. Personne dans tous l'univers, depuis prêt de 500 ans, n'avait eu l'occasion de savourer ce spiritueux qu'il avait mis des années à trouver et dont il était désormais le seul est unique détenteur. Qu'elle intense exaltation provoquait cette simple pensée.
Kerr Hamo, se retourna détachant ses yeux du spectacle qu'offrait l'infini espace. Son secrétaire, et unique homme de confiance, se détacha de la pénombre des appartements privé, interrompant, son moment divin.
- Qui a t-il ?
- Mon seigneur, je me disais, est ce vraiment une bonne idée de les garder ?
- Ah, mon chère Fuch, fit Kerr, presque théâtralement. C'est là des pièces unique. Unique !
Fuch acquiesça tranquillement, acceptant la main de son maître sur son épaule.
- A ce sujet, comment vont nos nouvelles acquisitions ?
- Ils sont ... sages !
__________


Qui Gon Jinn et Obi Wan ce dévisagèrent. Tout deux, d’un simple regard, approuvaient le ridicule de leur position et le grotesque de la situation. Les deux jedi étaient pieds et poings liés, suspendus dans les airs, la tête vers le bas. Pendu comme des cochons murge prêt à être éventrés, ils n'étaient pas dans leur meilleur jour.
- Maître ?
- Oui, Obi Wan ? demanda Qui Gon Jinn quelque peu excédé d’avance par la remarque qu’il voyait déjà se suspendre aux lèvres de son padawan. Mais Obi-Wan était un bon apprenti. En d’autre terme dans l’esprit du maître jedi, cela voulait dire qu’il savait se taire.
- Euh ... non rien.
Qui Gon Jinn, soupira de contentement et Obi-Wan tenta de ne pas prêter attention au bourdonnement qui naissait dans son crâne, et occulta la frustration qui le tiraillait. Il craignait pour ses deux amies plus que pour lui et son mentor. Quoi que à ce titre, il devait bien avouer que les aspirations du nemoidien, à leur encontre, n'était pas pour lui plaire et que ce dernier risquait de payer chère l'avenir qu'il réservait à Siri. La connaissant, elle ne se plierait pas. Obi-Wan, sourit en imaginant la colère de son amie et pour mieux chasser l'ennui se remémora comment tous ceci était arrivé.


A suivre ...
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
Magikpimboli
Team GSW
Team GSW
avatar

Masculin Nombre de messages : 28810
Age : 37
Localisation : Detention block 2551
Emploi : Je ne parlerai qu'en présence de ma Vodka

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Sam 29 Aoû 2009 - 22:06

Excellent, ça le fait bien Bravo la suite Siffle

_________________
S'appeler Dominique, créer son centre de Thalassothérapie, le baptiser Thalasso Domi...faire faillite  Roulement des yeux
Revenir en haut Aller en bas
http://www.galaxie-starwars.com
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Dim 30 Aoû 2009 - 14:15

bientôt promis !!!! Sinon y'a le blog, mais je sais pas si je peux faire de la pub
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
Magikpimboli
Team GSW
Team GSW
avatar

Masculin Nombre de messages : 28810
Age : 37
Localisation : Detention block 2551
Emploi : Je ne parlerai qu'en présence de ma Vodka

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Dim 30 Aoû 2009 - 14:19

Va dans site perso Clin d'oeil

_________________
S'appeler Dominique, créer son centre de Thalassothérapie, le baptiser Thalasso Domi...faire faillite  Roulement des yeux
Revenir en haut Aller en bas
http://www.galaxie-starwars.com
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Dim 30 Aoû 2009 - 14:35

EXACTE ... et là mon cerveau de blonde se rend compte qu'elle y a déjà mit son site
C'est dure la vie parfois La classe
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
Fanaworld
Old Staff
Old Staff
avatar

Masculin Nombre de messages : 13909
Age : 38
Localisation : Vendée (85)

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Dim 30 Aoû 2009 - 15:16

SAliar a écrit:
EXACTE ... et là mon cerveau de blonde se rend compte qu'elle y a déjà mit son site
C'est dure la vie parfois La classe

:blonde: :rire bête: :rire bête: :rire bête:

Pas mal du tout tata Sasa !!!! Oui
Revenir en haut Aller en bas
http://www.leblogdefanaworld.fr
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Dim 30 Aoû 2009 - 17:38

Mhh, je sais .. je me fait fort parfois de perdurer la bêtise,
mais toujours avec le sourire !
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Lun 31 Aoû 2009 - 15:41

Petite suite mes troopers adoré !!
__________



39 jours plus tôt - Coruscant - Temple jedi

Le padawan Obi-Wan Kenobi, marchait d'un pas conquérant dans la Bibliothèque des Archives du Temple, saluant au passage ses compagnons de classe. Parmi la multitude de rayon emplis d'holobook, d'interface de donnée et de vieux livres, tous s'affairait à remplir certaine recherche pour leur maître ou pour leur culture personnel. Sans évoquer les petits malins qui venaient dans ce lieu du savoir pour éviter certaine tâche, faignant d'être très occupé. A l'extrémité de la grande allée, au côté du buste de Chon Actrion "Architecte de la liberté" , le jeune apprenti de 23 ans, s'arrêta à hauteur d'une silhouette qu'il aurait reconnu entre toute.
- Maître Qui Gon, vous m'avez fait demander ?
- Oui, Obi Wan, assit toi.
Le jeune homme prit place auprès de son maître et jeta un regard curieux sur l'écran. A voir les textes qui y défilaient en des caractères ancien, qu'il reconnu dans l'instant, le jeune homme soupira :
- Maître vous êtes encore en train d'étudier ce vieux machin. Obi-Wan regretta aussitôt le terme “vieux machin”, quand son regard croisa celui de son maître.
Qui Gon Jinn avait abandonné sa contemplation posant sur son apprenti, depuis 10 ans, un regard pesant. Obi-Wan en perdit le sourire. Il y avait, dans la façon que son maître avait de regarder les objets ou les gens, ce quelque chose de profondément pénétrant et de particulièrement intimidant. Il soutint toutefois les yeux de son mentor et détendit ses traits.
- Pardon maître.
- Obi-Wan ce "vieux machin" et un holocron datant de plus de mille ans.
- Excusez-moi, je juge mal l'importance de cet objet. C'est juste que je vous vois étudier le message de cet holocron depuis des mois et rien ne semble en sortir.
- Détrompe toi, répondit Qui Gon Jinn en levant un doigt.
Obi-Wan se redressa, reconnaissant dans la voix de son maître, l'excitation de celui qui venait de trouver la réponse à bon nombre de questions.
- Vous avez réussit à le déchiffrer ?
- Oui. C'était si simple que je n'y est même pas pensé. Regarde ce caractère.
- Le [ensionn] ?
- Oui. Nous somme d'accord que le [ensionn] et un son inhérent à l'ancien langage jedi ?
Obi-Wan acquiesça. Il avait appris tant de chose auprès de son maitre. Des connaissances qui n'avaient rien avoir avec la Force pour certaine, mais qui lui donnait un avantage que certain padawan lui enviait.
- Et bien je cherchais à déchiffrer ce message comme si il était écrit en ancien jedi et le traduisait comme telle. Avec très certainement des codes dans des mots ou des termes appartenant à d'autre culture. Et bien sur le message paraissait particulièrement obscur et à certain endroit n'avait ni queue ni tête. C'est alors, que j'ai transformé le son [ensionn] comme il est cité aujourd'hui dans l'actuel langage jedi, Qui Gon Jinn regarda intensément son apprenti.
Il était clair qu'il attendait d'Obi-Wan de faire lui même la transformation et le padawan fit honore à son apprentissage.
- [siounn], fit Obi-Wan du tac au tac
Qui Gon Jinn, délivra un sourire de contentement et porta son attention sur l'écran.
- Cette phrase ci, repris le maître en suivant du doigt une ligne de texte écris en Aurabesh. [ Maerk haceyens jyla naertaensionn ].
- Euh ..... “Libération des abyssales lumière ”, ça ne veut rien dire, maître.
- Oui si tu le dit en ancien jedi. Maintenant reformule le en jedi moderne.
- Euh ..., Obi-Wan se pencha un peu plus sur l'écran et son après son les transformas. [ Maecké Hacasen Jyalaa naerta ] ... non ... mmh... [ Naertesiounn ] .... ce qui veut dire : "Délivre les étoiles des abysses" .... Oh !
Par cette transcription, Obi-Wan comprenait non seulement la phrase mais, également, tous l'impact de cette découverte pour le moins surprenante.
- Maître, mais comment un message écrit en ancien jedi il y a plus de mille ne prend de sens que parlé en jedi moderne alors que la langue, ne c'est elle même transformé qu'après la guerre contre les siths ?
- La Force, Obi-Wan. N'oublie pas, un jedi a dicté ce message.
- Vous pensez que ce jedi savait comment sa langue allait se métamorphoser dans l'avenir ?
- Oui.
- Stupéfiant ! Ce message est alors un texte codé qui ne prenait de sens que pour les générations futur, maître.
- Tout à fait, Obi-Wan. Alors ? Veut tu t'y essayer avec moi ?
Obi-Wan opina du chef avec malice, pour toute réponse. Qui Gon Jinn se leva pour céder la place a son disciple et le laissa retranscrire le message seul. Il l'avait déjà, lui-même, totalement fait mais voulait mettre à l'épreuve les capacités de son apprenti.
S'asseyant au côté du jeune homme, Qui Gon Jinn l'observa. Obi-Wan l'avait réconcilié avec l'apprentissage d'un padawan. Sa toute première expérience en ce domaine, s'étant révélée plus que désastreuse. Son apprenti, Xanatos s'était laissé pénétrer par le côté obscur et était devenus un agent du mal. Et bien que les débuts avec Obi-Wan est était difficile, voire chaotique, le jeune homme avait su se montrer bien meilleur dans l'écoute et la sagesse. Peut être même mieux qu'il ne le serait jamais lui même et le maître se satisfaisait d'imaginer un avenir plus que prometteur à son disciple au sein des hautes sphères de l'ordre.
Oui ! Qui Gon Jinn était fier d'Obi-Wan Kenobi.
Pendant plus d'une heure Obi-Wan avait décodé le message. Il avait fait le trie entre les mots, les sons ; les substrat et les superstrats. Avait tourné les phrases dans un sens et dans un autre pour y trouver un réel sens qui soit cohérent. Et désormais qu'il écoutait la jedi réetirer sa longue litanie, dans un striement qui reflétait, l'âge du message il parcourait des yeux la traduction. L'ensemble était compréhensible, mais restait toutefois très sibyllin.
Qui Gon Jinn éteignit l'holocron d'un passement de main et se mit au côté d'Obi-Wan. Les deux hommes observèrent le grand écran qui leur restituait le texte dans son ensemble, sans prêter attention aux quelques jedi, qui, intriguaient, c'étaient approchés eux aussi.
- Ça ne me semble pas plus clair maître.
- Tout a était ... poétisé sciemment. Voyons, relis le Obi-Wan, je te prie.
Qui Gon Jinn fit quelque pas, sans se soucier des spectateurs tandis qu'Obi-Wan obéi et lut à haute et intelligible voix la traduction.

Je me présente à toi membre de l'ordre des âmes pures.
Je suis Zora Honir, la Zabrak. Fille et élève de la grande sagesse
de l'ordre de Nouras, sur les terres accomplit ou tout vie, ou tout meurt.
Je détiens entre mes mains la Force condensé dans le cœur.
Ma fin est proche sur ce monde ou j'ai trouvé exil
et bientôt, je ne pourrais plus protéger le calice.
Toi qui entend ce message, délivre les étoiles des abysses.
Voue à cet quête ton seule jugement et soit le gardien du pouvoir.
Dans le berceau de notre mère ; au sein du temple tu trouvera
les trois clés qui t'ouvriront les portes éternel du cœur.

La première dort comme un nouveau né.
Tu la trouvera sur les terres des êtres du savoir et de la divine science.
Dans l'or du ciel et dans le creux des bras de la reine qui pleure,
tu la verra briller.

La deuxième se mue dans le cristal vibrant des souffles qui l'entourent.
Sur les terres souillé du mal, au peuple bruissant, elle a vécue.
Dans la cité des soupirs elle fut scellée. Écoute la jouissance et tu la trouvera.
Sauf si les mains du Possesseur l'on enlevé du sein de la courtisane.

La troisième frisonne dans le royaume du peuple cupide.
Dans le pays ou le soleil ne peux vivre ;
Au cœur de la cité de diamant, tu la trouvera.
Elle t'attend, ta chaleur la réveillera.

Les trois clés réunis, elles te délivreront leur message.
Garde toi bien de ne pas sous-estimer ta quête.
Car le secret et grand et vient des entrailles de la Force.

Que la Force soit avec toi, chevalier jedi.
Ici s'achève mon devoir.
Ici s'achève ma vie.



- C'est à ce demander ce que nous cherchons vraiment maître ? "Je détiens entre mes mains la Force condensé dans le coeur. " , cela peut tout simplement être les cristaux que nous utilisons pour nos sabre laser.
- Non, Obi-Wan, je pense que c'est plus important que cela.
- A quoi pensez vous ?
- Un artefact jedi !
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Ven 4 Sep 2009 - 12:31

Petite suite avant mon départ ...
__________


Certain murmure ce firent, tandis qu' Obi-Wan médita la réponse et que Qui Gon Jinn soupira passant ses mains sur son front plissé. Se retournant dans un sens, puis dans l'autre, une petite voix interrompit sa réflexion.
- C'est pas très clair tout ça ! La phrase, dite avec force émergeait d'une petite novice notolan.
- Non ce n'est pas clair, s'amusa Qui Gon Jinn, en s'agenouillant pour se mettre au niveau de l'enfant.
- Alors pourquoi chercher, maître jedi ?
- Pour trouver, jeune novice. Si à chaque fois que tu rencontre une difficulté, tu baisse les bras, alors tu échouera quelque sois ton entreprise. L'échec ne peut être permit que si l'effort fut donné avant.

La jeune enfant opina de la tête en reportant son regard sur la grand écran que désormais tout le monde observais, s'en n'approchant ou s'en n'éloignant, comme si la distance pouvait influencer les mots de quelques façons.
- Tout de même, ça serait plus facile si vous saviez ou chercher les trois clés, finit-elle par dire avant de courir rejoindre les rangs de son groupe d'étude, qui partait au réfectoire, en compagnie de leur nurse.
Qui Gon Jinn et Obi-Wan se fixèrent et se rapprochèrent.
- Cet enfant à raison maître. Il faut d'abord déterminer le lieu ou se trouveraient ces trois clés.
- Là ! " Dans le berceau de notre mère ; au sein du temple tu trouvera les trois clés qui t'ouvriront les portes éternel du cœur."
- "Le temple" ? Ça serait trop évident, voir trop facile, qu'il s'agisse du temple jedi, maître.
- Je suis entièrement d'accord avec toi Obi-Wan.
- Maître Qui Gon, vous rendez vous compte du nombre de temple, ou de ce qui y est affilié, qui peut y avoir dans cet univers ?
- Beaucoup.
Répondant aux attentes de son mentor, Obi-Wan se précipita vers un écran tactile et tapa un mot-clés.
- Il est référencé plus de 1 million de temple.
- Et les planètes ? demande Qui Gon Jinn, prit d'une idée.
- Planète ?
- Oui, une planète qui porterait le nom de temple.
Obi-Wan consulta les archives et leva les yeux en direction de son mentor.
- Désolé. Aucune planète portant le nom de "Temple" n'existe maître.
Qui Gon Jinn, laissa tomber ses bras le long de son corps en soupirant et ce recentra sur le texte. Il pensait se sortir d'un noyaux de mystère et finalement il en tombait dans un autre. A croire que tout ce que comportait le message n'avait que pour seul désir de perdre ou de rendre fou. Mais il ne laissait jamais tomber une chose et n'escomptait pas commencer aujourd'hui.
- Venez maître. Allons dîner. Peut être qu'après une bonne nuit tout nous semblera plus clair.
La voix de son apprenti le sortit de ses rêveries et Qui Gon Jinn admira le calme d'Obi-Wan et sa simple logique.
- Tu as raison.
Qui Gon Jinn attrapa l'holocron qu'il rangea dans sa bure et les deux jedi quittèrent les archives.
__________


Sortant d'une douche bienfaitrice, et vêtu d'un simple pantalon de toile noir, Obi-Wan s'attarda sur le panoramique qu'offrait la grande baie de sa chambre. Coruscant était bien là son monde, sa planète. Certes, ce n'était pas celui qui l'avait vu naître, mais il ne lui paraissait pas en n'avoir connu d'autre depuis sa naissance. Il se souvenait vaguement du visage de sa mère ; se connaissait un père et un frère, mais jamais il n'avait véritablement chercher à en savoir plus. Ses parents ne pouvaient qu'être des gens bien, pour avoir accepter de se séparer de leur enfant afin de le confier à l'ordre jedi et lui donner la possibilité d'être dans l'avenir une main tendu vers le bien et cette simple réflexion lui suffisait amplement.
Alors on pouvait se moquer de ce monde qui ne connaissait plus la nature ; houspiller cette grande boule de métal ; regretter qu'elle ne soit l'objet que d'un soleil blanc ; enragé de voir la pollution et la corruption prendre un peu plus le pas sur ce qui restait, Coruscant était le berceau de la Force et de l'ordre jedi. C'était sa maison, sa famille.
Quittant la protubérante et incessante vie qui ignoraient, sciemment, les heures du jours et de la nuit, le jeune homme se jeta sur son lit et prit le petit lecteur de donnée pour relire une énième fois le message de l'holocron sortit d'où on ne sait où.
- " Dans le berceau de notre mère ; au sein du temple", répéta t-il a plusieurs reprise comme une longue litanie.
Obi-Wan restait persuadé, aux files des minutes, que la solution était à porté de main. Et qu'il suffisait d'un instant, un bref instant d'illumination pour rompre l'obscurité des mots. En retour de ses efforts, il se laissa corrompre par le sommeil et s'endormit serrant contre lui le lecteur de donnée, persuadait qu'il devenait aussi obsédé que son maître.
__________


Qui Gon Jinn observa la messagère enfermé dans l'holocron dodécaèdre. D'une des 12 facettes, sa silhouette émergeait, de la taille d'une main, et pourvoyait son testament, qui avait traversé les siècles. C'était une bien belle créature ne put t-il s'empêcher de constater. Du peuple des Zabraks, ses cheveux sombre, allait avec le teint laiteux de sa peau et les traits fins et graves à la fois de son visage. Ses yeux animal lançaient des éclaires. Mais avec la retransmission plus ou moins difficile, il ne pouvait juger si il s'agissait de colère, de tristesse ou de bien autre chose encore. Il détailla, également, ses vêtements. Une longue robe de voile noir certainement, qui découvrait ses épaules ; ses bras fort et offrait une échancrure des plus attrayante. Ce n'était pas là une tenue de jedi comme l'on n'en portait aujourd'hui et pour avoir déjà vu des vêtements de jadis, ce n'était pas non plus une tenue en rapport avec l'ordre. La jedi était habillée comme une femme qui cherchait à se fondre dans la masse. La coupe, assez osé, avait d'ailleurs quelque chose de familier. Et en l'observant plus en détaille Qui Gon Jinn s'imagina les secrets ; les moments heureux ou malheureux qu'avait connu cette femme. Et ce qui avait bien put la conduire à trouver refuge sur ce mystérieux monde dont il ne connaissait rien et dont elle disait être sa planète d'exil.
L'hologramme disparu et Qui Gon Jinn prit entre ses mains l'holocron. Il le détailla encore une fois, suivant les chemins tracés par des faisceaux d'énergie de couleur vert. Ses yeux s'appesantirent sur cette marque que ses recherches n'avaient pas éclairés : Deux anneaux entrelacés et dont le milieu était barré d'une ligne invisible. Symbole inconnu parmi les archives du temple, pourtant riche. Il en suivit les contours du bout de ses doigts et se répéta la phrase une dernière fois : " Dans le berceau de notre mère ; au sein du temple".
Qui Gon Jinn posa l'holocron sur la table et s'allongea sur son lit. Il plongea dans ses pensées en se laissant bercer par les lumières de Coruscant, qui dansaient sur le plafond, calmant son esprit de toute question. Fermant les yeux, il s'imagina trouver le précieux objet et le ramener au temple et ensuite ... et ensuite ? Il l'ignorait. Tout comme il ignorait à quoi pouvait ressembler cet objet qui le hantait un peu plus chaque jour. Il respira profondément et retrouva le rythme d'une marée apaisé de toute tempête.
Les heures passèrent et le si serein Qui Gon Jinn était maintenant pénétré d'un rêve qui le tourmentait. Perdu dans un long couloir il poursuivait une jeune fille au long cheveux blond. il l'exhortait à l'attendre sans prononcé son nom comme si il était inutile, car trop encré dans sa mémoire. Elle disparue dans un couloir et le laissa seul. Abandonné dans un lieu inconnu, Qui Gon observa les haut reliefs qui tapissaient des murs de pierre rouge. Des visages y étaient sculptés, des hommes, des femmes de races différentes. Des mondes, des scènes d'un autre temps .. d'une vie. Au milieux de se foisonnement, il se reconnu et s'observa. Il était debout, fier, sa main sur l'épaule d'un petit garçon. Ce n'était pas Obi-Wan, trop jeune sur cette représentation, alors que lui semblait plus âgé au vus de ses cheveux, ici plus long. C'était lui dans un avenir proche. Sous les pieds du garçon, un tourbillon donnant sur des êtres pleurants et hurlants.
- Mon monde cache bien des choses, maître Qui Gon.
Qui Gon Jinn se retourna et sourit en reconnaissant un visage amical. Celui d'un sage sur un monde perdu. Un ami.
- Votre monde est magnifique. Aussi rude que beau SAlidor, fit Qui Gon Jinn en montrant d'une main le désert Blanc et les montagnes Grises qui dardaient le ciel, au loin.
- Oui, fit l'homme. C'est notre mère à tous dans cet univers", disaient les anciens.
Qui Gon Jinn se releva, haletant, sur sa couche et retrouva les contours de sa chambre plongé dans la pénombre. Il se leva précipitamment et compris qu'il venait de revivre, en rêve, un des moments de sa vie.
- C'était si simple, souffla t-il en allumant la lumière de sa cellule.
Vivement, il appela l'holocron à retrouver la chaleur de sa main et passa la porte qui s'ouvrit dans un chuintement presque douloureux pour un homme qui venait de sortir de son sommeil.
Qui Gon Jinn traversa a vive allure les couloirs du temple endormit et descendit de quelque étage pour se trouver dans les quartiers des padawans. Sans se faire annoncer, il entra en trompe dans la chambre de son apprenti et courut le réveiller.
- Obi-Wan ! Obi-Wan !
- Quoi ... le jeune homme cligna des yeux et se redressa. Maître Qui Gon ? Mais... Obi-Wan consulta l'heure qu'affichait l'horloge holographique et ouvrit de grands yeux, bien réveillés cette fois.
- Oh maître ! Avez-vous l'heure ?
- Je sais, pardon Obi-Wan, mais ... j'ai trouvé.
- Le temple ?
- Oui, fit Qui Gon, le visage encore plus rayonnant qu'un soleil.
Obi-Wan s'assit sur le rebord de son lit d'un mouvement de hanche et fixa son mentor, ses propres yeux illuminés par la curiosité.
- Eh bien ? Qu'attendez vous maître !
- Il est dit dans le message " Préma tiu Ksainainn"
- Euh oui " au sein du temple", mais ...
- Obi-Wan voyons, remplace le son "ai" par le "a".
Devant un nouvel exercice, malgré l'heure tardive, Obi-Wan soupira et s'exécuta.
- Ksanann.
Soudain, Obi-Wan compris et se leva si vivement qu'il manqua de percuter son maître qui était resté debout au pied de son lit.
- Non d'un pulsar, maître ! Ksa'Ann ! La planète Ksa'Ann veut dire sanctuaire. Sanctuaire c'est comme temple, et je n'oublierais jamais avec qu'elle intensité j'ai ressentit la Force la première fois que nous avons posé nos pieds sur le sol de cette planète. Comme si la Force naissait sur ce monde ; "le berceau de la mère". La mère c'est la Force ! Celle qui nous nourrit ! Et les Ksa Annan parle un dialecte dérivé de l'ancien jedi et ...
Qui Gon Jinn rit, en voyant l'enthousiasme de son apprenti, interrompant le flot de parole qui les faisaient tous les deux remonter deux ans en arrière.
- Oui Obi-Wan. Calme toi, finit-il par dire en posant la main sur l'épaule du jeune homme.
Obi-Wan passa sa main sur son visage qui se rembrunit.
- Les clés se trouvent donc là-bas.
- Oui.
- Viendrais-je avec vous ?
Qui Gon Jinn fut surprit de cette question, mais en comprit le sens. Ils avaient laissés tout les deux de bons amis sur Ksa Ann, ainsi qu'un peuple qui réapprenait à vivre librement. Mais Obi-Wan y avait également abandonné une partie de son coeur, de cela Qui Gon Jinn n'en doutait pas. Son padawan se montrait honnête et le maître se posa alors lui même cette question. Mais finalement, là ou il allez, son apprenti l'avait toujours suivit.
- Tu viendras, bien évidemment.
Obi-Wan se permit un faible sourire et observa son maître prendre la direction de la porte de sa chambre.
- Dès demain j'irais parler au conseil de notre découverte et obtenir le droit de partir pour cette ... quête.
- Vous pensez que le conseil acceptera, maître Qui Gon ?
- Je l'ignore Obi-Wan. Mais après tous, nous pouvons dire que l'univers est calme ces temps ci.
Obi-Wan s'esclaffa.
- Pour combien de temps encore ?
- L'avenir nous le dira Obi-Wan, la porte de la chambre s'ouvrit, dessinant un carrée de lumière dans la cellule relativement cossu du jeune apprenti.
- Maître ?
Qui Gon Jinn tourna la tête et regarda son padawan.
- Oui, Obi-Wan ?
- La prochaine fois qu'un éclair de génie vous pourfends, en pleine nuit. Et si la nécessité ne s'en fait pas ressentir, .... Vous pourriez attendre le matin pour me le dire ? fit-t-il d'un ton badin.
Qui Gon Jinn baissa la tête en riant et acquiesça.
- Je te le promet Obi-Wan.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Ven 25 Sep 2009 - 13:03

Bonjour. Une petite suite, comme ça Très content
__________



Confortablement installé sur son siège, maître Yoda méditait les paroles de son interlocuteur, et non moins respectable maître jedi, Qui Gon Jinn. Il avait perçut dans ce plaidoyer, des teintes d'excitation, mélangé à un désir profond de faire un voyage qui n'aurait cette fois rien à voir avec la politique ; l'arbitrage de frontière ; ou des querelle de voisins. Une partie de lui, mûrit par son grand âge, ne pouvait s'empêcher d'y voir la, quelque de chose de mal. Qui Gon Jinn n'était pas réputé pour être l'un des grand défenseur des mantras de l'ordre jedi ; paraissant même prendre un malin plaisir à les ignorer quand cela arrangeait ses projets. Alors, sentir cette frénésie, cet envie n'était pas pour lui plaire. Mais l'autre part de lui, celle qui était un enfant bien caché dans l'ombre, riait de tant d'engouement et se prêtait même a songer qu'un petit voyage de la sorte ne serait pas pour lui déplaire. Mais qu'elle part devait t-il écouter ?
Celle du grand maître jedi qui voulait se dégourdir les jambes ou bien celle du maître parmi les maîtres ? A bien méditer la question, Yoda trouva que la frontière entre les deux pendants de ça personnalité était bien mince.
Il s'ébroua quelque peu, comme le ferait un chien voulant se débarrasser de l'eau qui encombrait son pelage et ouvrit ses grand yeux ; ses oreilles se soulevant lentement.
- Très intéressant, tes propos sont, Qui Gon Jinn. Mais cet quête, un trop grand intérêt pour toi seul revêt, non ?
Qui Gon Jinn sourit timidement, en baissant presque la tête.
- J'avoue avoir travailler si longtemps sur ce message, que je veux aller au bout de mon projet.
- Oui, oui.
La voix rocailleuse de Yoda eut un effet étrangement stressant chez Qui Gon Jinn. Mais il ne laissa rien paraître et recula de quelque pas quant le vieux maître descendit de son siège. S'aidant de sa canne, Yoda évolua dans la salle du conseil, vide à cet heure, et se dirigea vers la sortie. Qui Gon Jinn resta en arrière, mais suivit toutefois le vieux maître qui passa le porte. Après avoir prit le turbo-ascenseur dans un grand silence, il se passa quelque minutes ou les jedis marchèrent tranquillement, côte à côte, dans les dédales d'un temple séculaire, avant que Yoda ne reprenne la parole.
- Un danger je sens Qui Gon Jinn.
- Un danger ? Lequel maître ?
- Je l'ignore. Cette quête ... des conséquence elle aura. Je me demande alors, pourquoi te laisser partir ?
Qui Gon médita lui même cette question. Les paroles de Yoda n'était pas à remettre en question, tant elle provenait d'un grand sage que les visions nourrissaient souvent et ce de façon vérifié le plus clair du temps. Mais son désir était tel, qu'aussi discutable soit-il, il ne pouvait l'ignorer non plus.
- Maître Yoda, je pense que nous avons là, la possibilité de découvrir un artefact jedi.
- Et de cela, nous avons besoin ?
- Comment le savoir, maître tant que nous ne l'avons pas entre les mains.
- Et si te tromper, tu étais en train ?
- Je ne me trompe pas maître Yoda, affirma Qui Gon Jinn piqué au vif.
Yoda s'arrêta et posa ses deux mains sur le pommeau de sa canne. Il releva la tête et plongea son regard pénétrant dans celui du maître jedi. Mais aussi perçant était son regard, celui de Qui Gon Jin était tout aussi soutenue et un combat silencieux opposa les deux jedi. Yoda aimé chacun des jedi du temple. Pas un n'avait a manquer de respect venant de sa part. Et tous différent les uns des autres apportaient quelque chose de supplémentaire à la fraternité de l'ordre et à la sagesse du vieux maître. Lui permettant, à 900 ans, d'apprendre encore des autres et de distribuer son savoir en retour. Mais Qui Gon Jinn était pour lui une sorte d'énigme insondable. Et plus d'une fois, Yoda c'était demandé si il ne quitterait pas un jour l'ordre de lui même, comme l'avait fait d'autre avant lui. Comme l'avait fait son apprenti. Mais non. Qui Gon Jinn restait au temple et Qui Gon Jinn restait Qui Gon Jinn. Se mélange de sagesse et d'exaltation ; d'intelligence et désinvolture pour l'ordre établit.
Yoda secoua la tête négativement et repris sa marche.
- Trop sur de toi, tu es Qui Gon Jinn. Trop sur de tes acquis tu es aussi. Un jour, un problème cela sera pour toi ... ou pour les autres.
Qui Gon Jinn approuva ses propos qu'il savait être vrais. Sa trop grande fierté le poussait parfois dans ses retranchement. Jusqu'à présent, les ennuis lui avait été épargné et Obi-Wan savait tempérer ses ardeurs. Mais, un jour viendrait certainement ou son assurance ferait pencher la balance du mauvais côté. Mais pas aujourd'hui, pas maintenant.
- Maître Yoda, Une part de moi me dit d'abandonner. De rester ici. Mais l'autre voudrait connaître une aventure que je n'avait jamais eu l'occasion de vivre. Et découvrir un artefact ; une pièce du passé jedi, serait une expérience si enrichissante. Et qui sait si cela ne sera pas non plus bénéfique pour les générations avenir de l'ordre jedi.
- Ou bien ne serait pas !
- Laissez moi partir pour Ksa'Ann, maître Yoda.
- Si je refuse. Tu partira quand même ?
Qui Gon Jinn se sentit démasqué de cette rebellions que sont cœur avait déjà stratégisé et ne put réprimer un sourire.
- Il y a des chances. Mais je préfère avoir l'aval du conseil.
Yoda soupira, grommela, secoua la tête, bougonna et acquiesça.
- L'accord du conseil tu as.
- Merci maître.
Yoda passa la porte d'une pièce plongée dans le noir. Une toute petite pièce, sans meuble apparent avec juste une baie vitré donnant sur une grande salle d'entrainement. Au milieux d'une arène seulement éclairé de petit spot, les deux maîtres jedi pouvaient apprécier le combat de deux padawans.
- Obi-Wan, avec toi, tu vas emmener ?
- Bien entendus, maître Yoda.
- Cela vaut mieux.
Qui Gon Jinn, surprit, considéra le vieux maître.
- Pourquoi ?
Yoda sourit.
- T'empêcher de faire des bêtises, il sera.
Qui Gon Jinn s'esclaffa et approuva silencieusement cette dernière remarque. Il reporta son attention sur le combat et sur les deux padawans : Obi-Wan et Siri Tachi et il n'aimait guère les voir ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Dim 4 Oct 2009 - 19:05

Un peu de suite Très content
__________




Obi-Wan, fit un saut arrière pour éviter une lame fougueuse. Mais sa cuisse eut à souffrit cependant d'un coup bien porté ; presque inespéré compte tenus de son esquive plus que rapide. La brûlure que provoqua le sabre d'entraînement, le fit grimacer et le déstabilisa quelque peu quand il retrouva le sol. A genou, il se releva et repris une position défensive, face à une adversaire non moins forte que belle.
- Et bien Obi-Wan, qu'est ce qui ne va pas ? D'ordinaire je te bats mais avec plus de difficulté que cela.
Obi-Wan se contenta de sourire à cette remarque. Siri Tachi avait toujours était très douée pour ce qui était de taquiner son entourage et plus encore Obi-Wan. Il resserra son emprise sur la poignée du sabre laser et adopta une technique de Forme IV. Tout était dans la vélocité, la vitesse et un condensé d'agressivité qui avait toutes ses chances face à Siri qui employait la même technique depuis le début.
Obi-Wan ébranla l'obscurité de sa lame blanche, et fonça sur son adversaire prête à en découdre. Les deux lames se rencontrèrent, s'éloignèrent, se cherchèrent à une cadence qui dépassait, de loin, la frénésie. Virvoltant de part et d'autre de l'arène, sentant chaque muscle donner jusqu'au plus petit effort pour aider des corps mit à rude épreuve, Siri et Obi-Wan évoluèrent dans un ballet orchestré de mains de maître. Les années d'entraînement n'étaient pas veine et pour une fois Obi-Wan ressentait le profond désir de battre Siri qui restait, selon les maîtres, l'une des meilleurs dans ce domaine. La chance lui fut donné quand, esquivant une feinte grossière, il vit la faille. Roulant sur le côté de Siri, il passa sa lame tout le long de son bas ventre et de ses hanches. La décharge provoqua un cri de douleur et de frustration.
Obi-Wan se redressa et admira son oeuvre. Siri restait debout, sa main plaquée sur la morsure et inspirait profondément pour ne pas laisser la colère obscurcir son langage. Mais ses yeux, si magnifiquement bleu, trahirent son sentiment.
- Je crois que j'ai gagné ? fit-il fier de lui.
Siri releva la tête bien haute, et eu un sourire presque carnassier.
- On va dire ça, Obi-Wan. Mais j'ais trouvé ton approche qu'elle peu, traitre.
- Traitre ? s'esclaffa Obi-Wan en prenant une serviette qu'il tendit à la jeune fille.
- Oui.
- C'est ta mauvaise fois qui parle Siri, sourit Obi-Wan.
La jeune padawan de 21 ans s'épongea le visage et le considéra jusqu'à ce que ses traits se détendent.
- C'est probable ...
Obi-Wan fit une moue et s'approcha d'elle.
- D'accord tu as raison Obi-Wan.
- Siri Tachi reconnaît son tord.
- Chacun ses tords Obi-Wan.
Le jeune homme préféra ignorer cette remarque qui le rappeler à son propre passée et prit à son tour une serviette pour se débarrasser de la sueur qui coulait de son visage.
- Bon ! Dit moi Obi-Wan, qu'est ce qui ne va pas ? D'ordinaire tu es plus concentré que cela ? C'est l'holocron hein ? C'est ça ? Les yeux de Sirir pétillèrent et son sourire était celui d'une enfant avide de tout savoir.
Une attitude qui contrasté avec sa rudesse habituelle et qui amusa Obi-Wan.
- Curieuse !
- Oh Obi-Wan dit moi ! Tout le monde au temple sait que Qui Gon Jinn et toi vous êtes parvenus à déchiffrer le message de Zora ... et je veux tout savoir. On parle d'un artefact.
- C'est exacte. Du moins c'est ce que pense maître Qui Gon.
- Et vous ne savez pas ou chercher les clés ... ?
- Et bien en faite si. Nous pensons que la planète ou nous devons nous rendre et Ksa'Ann.
- C'est pas ce trou perdu dans l'univers ou tu as était il y a deux ans ? Et ou vous êtes resté prêt de six mois a faire on ne sait quoi, tant cela est resté un secret ?
Siri c'était rapproché d'Obi-Wan, murmurant chaque mot comme si le faite même de parler du sujet était défendu.
- Euh ... oui.
- Pourquoi ?
- Pourquoi quoi ?
- Pourquoi c'est un secret ?
Obi-Wan passa sa langue sur ses lèvre sèche et se frotta le front du paume de la main. Un signe de gêne que Siri savait reconnaître tant elle le connaissait.
- Il y a donc quelque chose la dessous hein ?
- Oui, soupira Obi-Wan.
- Raconte, insista t-elle en le suivant tandis qu'il ouvrit la barrière de l'arêne pour rejoindre les gradins.
- Tu garde ça pour toi.
- Promis !
- Nous avons du faire la guerre.
Les yeux de Siri passèrent par une multitude de couleur, reflétant les divers sentiment qui l'assaillirent. L'éventail allant de la surprise à l'incompréhension, en passant par l'inacceptable et l'envie.
- La guerre ? Mais ... ça va a l'encontre des préceptes jedi Obi-Wan.
- Oui je sais. C'est une peu compliqué, mais ... Obi-Wan se tut en voyant en haut des marches les silhouettes reconnaissable de son maître et de celle plus distinguable encore, de maître Yoda.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Jeu 15 Oct 2009 - 17:50

Allez on n'y croit !! ...
Une petite suite pour toi chère communauté de mon coeur
Très content



__________



- Bonjour maître Yoda, bonjour maître, fit Obi-Wan en s'inclinant.
Siri en fit de même regrettant l'arrivé de ces deux maîtres qui la privait d'un histoire, manifestement très intéressante. Les deux maîtres jedi laissèrent les padawan les rejoindre et les observèrent, laissant leur titre faire le reste, assurant une certaine emprise.
- Combat très intéressant.
- Merci, fit Siri sans se départir de sa désinvolture habituelle.
Qui Gon Jinn sourit, aimablement, et répondit à la question, muette, qui brûlait les lèvres de son padawan.
- Maître Yoda nous permet de partir pour Ksa'Ann, Obi-Wan.
- C'est vrai ?
- Oui, répondit Yoda. Mais prudent vous devrait être.
- Bien entendu maître Yoda, fit Obi-Wan avec solennité.
- Bien. Nous partirons demain Obi-Wan. Vient, ils nous faut préparer ce voyage.
Le maître et l'élève firent leur hommage au vieux maître et commencèrent à quitter la pièce quand une voix, forte, vive, sur et féminine les stoppèrent net, d'une phrase quasi affirmative.
- Je veux venir avec vous !
Qui Gon Jinn se retourna et considéra la jeune Siri.
- Tu as une maître Siri, et ...
- Oui je sais ! Mais maître Adi Gallia n'est pas là. Et pour un moment. Je reste enfermée, presque cloîtrée dans le temple. J'ai besoin de sortir. Je sais que vous voyez cela comme une charge mais je serais rester discrète et je suis sur que je peux vous être utile.
Maître Yoda secoua la tête. Il y avait chez Siri beaucoup de Qui Gon Jinn. Elle aussi pourrait bien un jour quitter l'ordre jedi.
- S'il vous plait, minauda t-elle presque.
- Et bien, ... qu'en pensez vous maître Yoda ? demanda Qui Gon qui ne savait que répondre.
- A ta décision, je me remet, Qui Gon.
Qui Gon Jinn se retrouva coincé. Un autre padawan n'était pas une difficulté, mais Siri Tachi était plus qu'une padawan surtout au côté d'Obi-Wan. Obi-Wan et Siri s'aimaient ; avaient échangé un baisé. Certes la demoiselle avait décidé de ne pas donner suite à cette relation et Obi-Wan avait accepté ce choix. Mais les confronter n'était t-il pas une tentation à leur éviter ? Cependant, cela pouvait être un défie de plus. Et il devait rétablir sa confiance en son apprenti à se sujet.
- D'accord Siri, tu nous accompagnera, si .... il leva le doigt pour calmer les trépignements de la jeune fille. Si ta maitre est d’accords.
- Elle le sera.
- Tu es bien sur de toi, jeune padawan.
- Tout comme vous maître Qui Gon Jinn.
Obi-Wan leva les yeux au ciel, Yoda gloussa et Qui Gon Jinn se retrouva confronté a lui même. Cette phrase augurait déjà un voyage des plus intéressant et éprouvant.
__________


Le jour artificiel de Coruscant balayait la grande cité capital de ses rayons ambré. Ainsi, la ville jamais endormit, se réveillait d'une nouvelle population qui préférait la vie diurne aux tribulations d'une existence noctambule.
Siri s'approcha de la grande baie de sa chambre, au teinte verte, en coiffant ses cheveux soyeux. Ses yeux clairs s'attardèrent sur la ville tandis que son cœur se préparait déjà à vivre une autre tranche de son existence. Elle se demandait alors ce que lui apporterait ce voyage : des amis, des doutes ? Un soulagement ou plus de sagesse encore ? ... Qu'importe, elle savait déjà qu'il lui concéderait un souffle de nouveauté.
Siri déposa sa brosse dans son sac de voyage encore toute heureuse, en se remémorant sa maître accéder à sa requête en présence de maître Qui Gon Jinn. Et bien que son regard lui dictait déjà la conduite à suivre, la jeune fille se félicitait de cette confiance. Car Siri n'ignorait pas que sa désinvolture et son exclusivité dont elle avait fait preuve par le passé, restait un boulet qu'elle traînait encore derrière elle, malgré toute la maturité d'aujourd'hui. Et que dire de son tempérament rude, voire sans concession avec les autres et elle même. Et sa grande impatience n'était pas sans reste non plus au grand dam de sa maître. De cette impatience Obi-Wan en n'avait fait les frais lors de leur première mission ensemble sur Kegan*, alors qu'ils n'étaient que des enfants. Un défi que le jeune garçon avait su affronter. Car séparés de leur maîtres et enlevés, ils c'étaient retrouvé tout deux dans une école ou l'autorité avait autant d'emprise que l'endoctrinement des cours donné. La demoiselle de onze ans à l'époque, avait montré son vilain caractère en mettant à terre tous ce qui était dit. Et quand Obi-Wan lui demandait de se calmer et de rester discrète, comme toujours elle n'en n'avait fait qu'a sa tête. Et il fut bien d'autre fois ou elle se montra ainsi.
Mais tout ces accotés étaient balayé par sa ferveur à faire le bien, sans parler de sa grande beauté qu'elle qualifié plus de problème que de véritable atout, mais que tous lui reconnaissait, Obi-Wan le premier.
"Obi-Wan" .... Siri réajusta sa tunique et ce demanda si finalement, elle n'aurait pas du ignorer son désir de partir pour cette quête. Elle jeta un dernier regard sur Coruscant et sortie de sa chambre, son sac de voyage en main.
__________
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
darthflo
Young Jedi
Young Jedi
avatar

Masculin Nombre de messages : 4620
Age : 37
Localisation : Toujours au comptoir
Emploi : electrotechnicien

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Jeu 15 Oct 2009 - 17:55

tu es une vrai écrivain
(par contre après le boulot c'est dur de lire tout ça)
Revenir en haut Aller en bas
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Jeu 15 Oct 2009 - 17:58

Citation :
tu es une vrai écrivain
Confus Dans la mesure ou je n'ais jamais été édité, il est plus modeste
de ma part de me considérer comme un auteur.
J'espère finir un jour mon Roman Woodsberrybook
et peut être qu'alors je serai édité ... en attendant ...
Bisous
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
requin85
Clone Sergeant
Clone Sergeant
avatar

Masculin Nombre de messages : 411
Age : 20
Localisation : vendée

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Jeu 15 Oct 2009 - 20:21

tu devrais le faire publier
Revenir en haut Aller en bas
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Jeu 15 Oct 2009 - 20:27

Y'a une différence entre vouloir ce faire publier et être publié.
Faut passer entre les mains d'un éditeur et seule lui
dit oui ou non !
Très content
Mais j'espère, je pense a un jour ou ... Peut être que Woodsberrybook
deviendra un vrai livre.

merci beaucoup en tout Requin85 de ton affirmation.
C'est encourageant et donne des ailes
Bisous
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
requin85
Clone Sergeant
Clone Sergeant
avatar

Masculin Nombre de messages : 411
Age : 20
Localisation : vendée

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Jeu 15 Oct 2009 - 20:36

SAliar a écrit:
Y'a une différence entre vouloir ce faire publier et être publié.
Faut passer entre les mains d'un éditeur et seule lui
dit oui ou non !
Très content
Mais j'espère, je pense a un jour ou ... Peut être que Woodsberrybook
deviendra un vrai livre.

merci beaucoup en tout Requin85 de ton affirmation.
C'est encourageant et donne des ailes
Bisous
Confus
Revenir en haut Aller en bas
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Jeu 15 Oct 2009 - 20:42

Citation :
Confus
Très content
Fait moi plutôt un sourire.
Et merci encore, sa fait rudement plaisir
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Mer 21 Oct 2009 - 15:29

Pour fêter un retour presque à la normal du contenus du forum, je met une petite suite
__________





Le hangar du temple jedi n'avait pas été si calme depuis des lustres. Du moins est ce l'impression que ressentait Siri en le pénétrant. Pas de droïds s'affairant autour d'un des chasseurs jedi ou d'un transporteur. Pas de technicien ou même de jedi partant ou revenant d'un voyage au-delà des frontières. Juste elle et l'écho de ses bottes martelant le sol, dans une pénombre entrecoupé d'une lumière vive.
S'approchant d'un petit appareil de transport long courrier à la passerelle baisé, elle aperçus la silhouette du maître jedi Qui Gon Jinn qui paraissait l'attendre. En deux pas elle s'embarqua dans l'appareille de type 560-Module "Vesperator" et se posta devant le maître jedi.

- Suis-je en retard ?
- Nullement Siri. l'heure ne nous est pas compté dans cette mission.
Siri suivit le maître jedi pour entrer dans la pièce central qui allez être leur principal lieu de vie pendant tous le voyage.
- Ta chambre est celle du milieux, dans la soute, Siri.
- Très bien.
Siri s'apprêta a descendre les quelques marches quand, croissant le regard du maître jedi elle su qu'eux deux songeaient à la même chose.
- Maître Jinn, vous désapprouvez ma présence ?
Qui Gon, lui sourit.
- Devrais-je ?
- Vous redoutez certaine chose. Vous avez peur de ce qui pourrait arriver entre moi et Obi-Wan.
Qui Gon Jinn se redressa devant cette vérité.
- Va t-il se passer quelque chose, Siri ?

La jeune fille chercha au fond d'elle une réponse à cette question qui l'avait taraudé toute la nuit durant. Elle revint quelque mois en arrière et retrouva les fondements de ce qui lui avait permit de mettre de l'ordre dans ses sentiments : ses devoirs et son profond désir d'être un bon chevalier jedi plus tard.

- Non. J'ai fait le choix de ne pas donner suite à ma relation avec Obi-Wan. Et il ne serait être question que je renie ma décision. De plus j'ai confiance en Obi-Wan. Je sais qu'il ne fera rien ... Vous comme moi savons quel grand jedi il est amené a devenir dans l'avenir. Et cela n'implique pas seulement sa grande dévotion et sa puissance, mais également son sens de la moral, irréprochable et sa sagesse. Et je ne voudrais pour rien au monde ternir cela.

Sur ces mots, Siri descendit dans la soute laissant Qui Gon Jinn méditer ses dernières paroles. Le maître jedi pensait avoir fait une erreur en prenant cette jeune fille avec eux. Il avait eu peur que les sentiments amoureux qui unissait les deux padawans ne les conduisent vers l'inévitable. Et surtout, il avait craint alors de voir Obi-Wan briser ses années d'enseignements, de le voir quitter l'ordre. Et c'est là que Qui Gon Jinn perçut toute la bêtise de ses pensées. Il ne craignait pas la possible relation entre Siri et Obi-Wan mais belle est bien que cette relation ne le mette lui même face à son propre échec. Il avait perdu Xanatos, il ne voulait pas perdre Obi-Wan.
Qui Gon Jinn s'assit, accablé de son égoïsme.

- Maître ?
Qui Gon leva son visage et se perdit dans les yeux rieur de son apprenti.
- Maître vous allez bien ? s'inquiéta ce dernier en voyant la pâleur du visage de son mentor.
- Oui, Obi-Wan.
- Le vaisseau est prêt. Nous pouvons partir.
- Bien, répondit mécaniquement Qui Gon Jinn en regardant par le hublot. Siri est à bord. Je te laisse piloter mon garçon.
- Bien maître, murmura Obi-Wan en s'éloignant de Qui Gon Jinn.

En moins de dix minutes les yeux de Qui Gon Jinn rencontrèrent la ville ; l'atmosphère ; puis l'espace et son champs d'étoile. Et enfin l'étirement spatial qu'entraîna le vortex hyperspatial. Et de tous ce spectacle, il n'avait rien vus, trop affligé.
__________


En dessous des deux lunes, déesse de ses lieux, la jeune fille au long cheveux blond, marchait tranquillement, entre les colonnes du grand temple de la Sage Clarté. Nimbé de ténèbres, elle cacha son visage sous un voile noir. Elle scruta le ciel étoilé et sentit son cœur battre à tout rompre. Son destin allait bientôt prendre un autre virage. Trouverait-elle la vie ou la mort au bout de ce chemin ? Elle ne le savait. Mais un choix allez être fait. Et qui sais si elle resterait prêts de son père, de ses frères et sœurs ; au sein des vivants. Ou bien si elle retrouverait celle qui l'avait quitté nourrisson ; sa mère. Son cœur balançait déjà vers ce choix qui ne lui appartenait pas.
Elle s'agenouilla au bord du précipice et regarda le vide qui l'appeler a le rejoindre. SAliar "la Sage", arrêta de respirer et ressentit la présence familière d'être du passé. Celle de deux grands guerriers qui avaient sauvé sa vie et le peuple de Ksa'Ann et qui faisait route jusqu'à elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Lun 2 Nov 2009 - 16:56

Y'a quelqu'un, ici ? .......... Bon. Sait-on jamais. Très content
_________




Attablé dans la pièce principale, Qui Gon, Obi-Wan et Siri, profitaient d'un repas frugal. Le silence qu'affichait Qui Gon Jinn était si pesant, que les deux padawans, d'un regard c'étaient accordés pour ne pas prononcer un seul mot. Mais, la jeune fille ne pouvait se résoudre à ignorer les sentiments qui bouleversait le maître jedi et dont elle savait être la cause. Aussi se décida t-elle à lui changer les idées.

- Alors maintenant que nous somme entre nous. Si vous m'expliquiez cette histoire de guerre sur Ksa'Ann que vous avaient du faire tout deux.
Qui Gon Jinn reposa son bol de pâte au bouillon Hosk, bruyamment et observa son apprenti. Obi-Wan s'excusa d'un regard et préféra reporter son attention sur la jeune fille, plutôt que sur les yeux bouillants de son maître.

- Ksa'Ann est un monde découvert il y a 20 ans par la République et resté dans l'ombre depuis ...
- Je veux bien le croire, je n'en n'ai jamais entendus parler.
- La République souhaitait que Ksa'Ann s'affilient à elle. Seulement, les Ksa'Annans sont ... disons très attachés à leur tradition et à leur mode de vie simple et sans aucune technologie.
- Des primitifs ?
- Pas tout à fait. Ils ont craints alors de voir tout cela être bouleversé par cette alliance qu'ils ont, de ce faite, refusé.
- Je les comprend !
- Compte tu m'interrompre à chaque phrase ? sourit Obi-Wan.
Siri tendit les mains en signe d'excuse.
- Je t'en prie.
- Merci. Mais un des peuples, les Ethosiens eux, ne sont pas fait prier malgré l'avis de la sage Clarté.
- La sage clarté ?
- Un concile fait de sage réunissant les trois peuples de Ksa'Ann, Les Norvals, les Wallellins et les Ethosiens. Ils ont un fort pouvoir sur Ksa'Ann. Il sont comme des jedis, sans la Force pour les accompagner dans leur entreprise, répondit Qui Gon Jinn.

Siri se félicita de le voir, enfin, participer à la conversation et sortir de son mutisme. Elle sourit à Obi-Wan et l'invita à poursuivre.

- Sous l'égide de Gerst le chef suprême des Ethosiens, ces derniers se sont sentis l'âme de conquérant et fort d'un armement offert par la République, ils ont envahi leur voisins.
- Je suppose que ces deux peuples n'ont eu aucune chance face à aux Ethosiens.
- Ils ne faisaient pas le poids face à la folie de Gerst qui n'a reculer devant rien. Il est devenus le maître incontesté de Ksa'Ann et son empire de terreur a commencé, continua Qui Gon.
- Comment la République a t-elle put ce laisser entraîner, et permettre cette dictature ? s'insurgea Siri.
- La République n'a pas prit conscience de la menace. Et après il était trop tard. Gerst a coupé toute communication et les contacts entre Coruscant et Ksa'Ann ... ont étaient rompu. Et au vus de ce que la République avait apporté, elle préféra se taire et ... oublier Ksa'Ann.
- La République les a abandonné !
- Les politiciens ! fit Obi-Wan non sans dégout dans la voix.
Siri sentit une frisson la parcourir entièrement et posa ses mains sur son bol chaud pour se réconforter.
- Gerst avait eu ce qu'il voulait, enchérit Obi-Wan. Plus d'une décennie a passé, et un beau matin, MEDino TA un membre de la sage clarté a débarqué sur Coruscant. En séance plénière et confidentiel, il a imploré l'aide de la République. Avec, très certainement, la promesse de s'allier avec elle une fois le peuple de Ksa'Ann sauvé.
- Ils ont prit le risque de se compromettre pour ce sauver ? fit Siri, que des images et des cries de douleur envahissaient, lui montrant l'affreuse vie des Ksa'Annans.
- Oui, murmura Obi-Wan.
Qui Gon Jinn s'accouda et prit le relais.
- Toujours dans le secret, la République a demandée alors au conseil jedi d'offrir sont aide pour en chasser Gerst de son potentat. Je te laisse aisément imaginer la réaction du conseil, qui refusa en premier lieu. Mais, finalement ils ont accédés à cette requête, ne pouvant non plus se résoudre à laisser tout un peuple subir une purge ethnique sans précédent sur ce monde. Et c'est à moi et à Obi-Wan qu'accomba cette tâche. Je pense que mes prises de position face à l'ordre, on grandement fait pencher la balance.
Les deux hommes s'échangèrent un sourire teinté d'amusement.
- Et vous avaient fait cette guerre?
- Oui. Enfin, ce fut une guerre éclair. En trois jours le gouvernement de Gerst fut renversé et, ils ne nous restez plus qu'a nettoyer les reliquats d'une armée dispersé et désorganisé.
- A ramasser les morts ... massacré dans des camps. Eux ... nous n'avons pus les sauver. Accablé Obi-Wan s'enfonça dans son fauteuil, croisant les bras comme pour se protéger.

Jamais il n'avait pus oublié les charniers, l'odeur de la décomposition et de la chair brûlé. Et pire encore les regards hagard ou si plein de gratitude de ceux qu'ils avaient pus délivrer. Leur larme de joie et de douleur mêlés. Toute cette peine l'avait hanté et depuis il avait prié secrètement de ne plus jamais connaître la guerre et ses atrocités. Obi-Wan sentit la main de Qui Gon Jinn sur son épaule et se sentit imprégné d'une force nouvelle. Il constata le regard chagrin de la belle Siri et distribua un sourire qui se voulait rassurant, même si une grande part de lui se savait affecté pour longtemps de cette partie de sa vie.

- Je n'arrive pas à le croire, souffla Siri ... Personne n'en n'a entendu parler au temple et rien n'a filtrer !
- Non. Cette mission est resté secrète pour les raisons que tu connais. Si l'on venait a savoir que la "grande" République a permit un génocide, certaine alliance aurait été rompus. Aujourd'hui encore Ksa'Ann reste anonyme, le temps que la République et elle s'apprivoise et permette son arrivé dans l'hémicycle politique. Je pense que d'ici un ou deux ans, tu entendra parler de Ksa'Ann de façon officiel.
- Et Gerst ?
- Gerst ?
- Qu'est-il devenus ? Il pourrait parler et dire tout ce qui c'est passé et ce que la République à fait, où n'a pas fait !
Qui Gon Jinn et Obi-Wan se fixèrent avant que ce ne soit le maître qui répondit.
- Gerst a disparu, Siri. On ne l'a jamais retrouvé.




* Voir Le combat pour la vérité - Les apprentis jedi volume 9 de Jude Watson
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
darthflo
Young Jedi
Young Jedi
avatar

Masculin Nombre de messages : 4620
Age : 37
Localisation : Toujours au comptoir
Emploi : electrotechnicien

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Lun 2 Nov 2009 - 17:08

La classe La classe La classe La classe
grande classe sasa
Revenir en haut Aller en bas
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Lun 2 Nov 2009 - 19:34

Merci Confus
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Mer 11 Nov 2009 - 11:44

Un peu de suite pour les amateurs ... Très content
__________



Qui Gon Jinn se retourna dans sa couche. Fébrile, presque anxieux il ne parvenait pas a trouver un repos pourtant désiré. Il se sentait fautif. Lui si prompt a prêcher le bien et le mal. A enseigné si justement, avait-il fait tous cela par pure égoïsme, ou pour ce prouver a lui seule qu’il en n’était capable, après son premier échec ? Il se remémora sa première rencontre avec Obi-Wan. Comment il avait vus ce garçon faire tout ses efforts dans le seule but de lui plaire et d’être pris comme apprenti. A l’époque c’était d’ailleurs sa dernière chance de le devenir, Obi-Wan ayant atteint alors l’âge maximum de 13 ans il ne pouvait plus prétendre a une vie de padawan. Qui Gon Jinn se souvint alors d’avoir refuser malgré tous le potentiel qu’il avait constaté chez le garçon. Et puis le destin leu a alors joué l’un de ses tours dont elle avait le secret. Et il c’étaient tous deux retrouvés dans un vaisseaux. L’un pour partir en direction de …. Et l’autre pour retrouvé les fermes ….. Et y finir sa vie de jedi « raté ». Puis, était venus l’attaque, le conflit et ils c’étaient rapproché l’un de l’autre pour faire front. C’est a ce moment que Qui Gon Jinn avait compris qu’Obi-Wan était fait pour lui ; qu’il ne le décevrais pas.
Qui Gon Jinn chercha a détaillé les contours de sa cabine plongée dans le noir. Il retrouva par le biais de la Force, la silhouette de sa malle ancré dans le sol ; les reliefs géométrique des murs, seule touche véritablement décorative, le tous conçus dans un panaché de gris et de rouge sinistre.
Qui Gon sourit, malgré tout ses doutes, malgré de cruel vérité, il avait Obi-Wan et avait voulait le mieux pour lui est son avenir dès le début. Il se rie de lui et songea qu’il n’était pas encore perdu comme maître. Obi-Wan lui avait redonné la confiance volait et l’envie, plus tard peu être de reprendre un autre apprenti quand cela sera possible.
Brusquement, Qui Gon se redressa sur son lit. Il venait de sentir deux alerte. L’une lui soufflé les ténébreuses pensées d’une jeune fille dont il vivait le mal-être et qu’il avait laissé sur Ksa’Ann. L’autre lui disait que quelqu’un marchait dans le couloir : Siri.
Après une hésitation, Qui Gon Jinn se rallongea lentement et laissa le chaos de ses pensées faire place à la confiance et à la patience.
__________


Siri s’annonça et la porte de la cabine s’ouvrit presque trop brutalement à son goût. Elle entra et vit qu’Obi-Wan était resté assit sur son lit. Il était toujours habillé. A croire qu’il se doutait de sa visite ou bien qu’il ne quittait jamais ses vêtements. Seul ses bottes reposé au pied du lit. Sous les regard curieux du jeune homme, Siri se sentie étrangement nue, pourtant vêtu d’un pantalon de toile et d’un débardeur presque martial tant par la forme que par la couleur kaki.
- Bonsoir, Obi-Wan.
Le jeune homme sourit et consultât le petit réveille à luminosité variable par minute égrainé.
- Au vus de l’heure qu’il est sur Coruscant je dirait presque bonjour.
La jeune fille s’amusa à son tour et se rappela à qu’elle point l’on perdait vite le sens du temps dans l’espace.
- Que me vos une telle visite.
- Des questions !
- Ah , je me doutais que tu ne serais resté sans ta légendaire curiosité, Siri.
La jeune apprentie ignora la remarque et s’assit sur le lit avec légèreté.
- Alors dit moi … Qu’est-ce qui vous fait a ce point pensé que Ksa’Ann est la planète dont parle Zora la Zabrak ? Je veux tous savoir.
Obi-Wan ferma les yeux un bref instant et voyagea en une fraction de seconde dans les montagnes grise qui protégeait la belle cité blanche de Ksa’Ann.
- Une fois que le nom de cette planète vus a l’évidence le « temple » dont parle Zora dans son message alors presque tous le reste prend un sens. Elle dit « Tu la trouvera sur les terres des êtres du savoir et de la divine science ». Se sont les Norals, Siri. Un peuple extraterrestre. Tu verras ils sont surprenant tant par leur physique imposant que par leur toute petite tête. Mais si il est bien un peuple su Ksa’Ann friant de science c’est bien eux. Ensuite, « Sur les terres souillé du mal, au peuple bruissant, elle a vécue ». Le peuple bruissant , ou si tu préfère une lecture plus clair, le peuple qui murmure sans cesse. Ce sont les Wallellinns.
- Pourquoi murmure.
- Les Wallellinns sont divisé en plusieurs clan. Il y 23 clans supérieur et on compte une bonne trentaine de clan mineur. Il est une caste très importante. Celle des orateur, le clan des SA. Zora ayant manifestement eu un don extraordinaire pour lire dans l’avenir, elle a du voire a ne pas douter que les SA furent les premiers a élever leur voix contre Gerst. Et pendant tous son règne ils n’ont eu de cesse de continuer à faire entendre leur voix.
- Je comprend … Et les troisièmes « le peuple cupide » ce sont les Ethosiens ?
- Oui.
Le visage de Siri s’illumina d’une excitation presque enfantine.
- Mais alors vous savez ou ce trouve chaque clés ?
Obi-Wan s’esclaffa avant de reprendre un ton plus sérieux.
- Par les lunes non ! Voila que je parle comme un Ksa’Annan, s’étonna-t-il.
- C’est une expression de ce monde ?
- Oui. Et la raison qui fait que nous ignorons ou ce trouve les clé, Qui Gon et moi-même est bel est bien le faite que nous ne savons a quoi fait référence la « reine qui pleure », ou bien « la cité des soupirs » quoi que la dessus Qui Gon Jinn a une idée qui me semble être la bonne, une cité appeler la cité des Vents car totalement abandonné. Plus obscure encore reste à mon sens « le pays ou le soleil ne peux vivre « . Car si il y a bien une chose qui vie sur Ksa’Ann, Siri c’est le soleil. Il est brûlant, mordant et doux à la fois.
Les yeux rêveurs de Obi-Wan interpellèrent Siri qui s’approcha plus encore du jeune homme.
- A te voir, a t’entendre, on dirait que ce monde … tu l’aime.
- Tu verra Siri. Ksa’Ann est une planète magnifique malgré ses déserts. La nature y est exaltante. Les hommes sont fier, sage et courageux à la fois. Les femmes … Obi-Wan se perdit dans le visage d’une en particulière
Il retrouva en instant, la pureté de ses trait et de son cœur. Le grain de sa peau, la silhouette vêtu de voile, la blondeur de ses cheveux ondulé, les yeux azur et triste. Et les lèvres pleines qu‘ils avaient souhaité saisir d‘un baisé.
Cet absence n’échappa pas à Siri qui le reprit presque agacée de se voir abandonné au profit de pensées dont elle ne pouvait profiter.
- Les femmes … ?
Obi-Wan secoua la tête lentement :
- Pardon, les femmes sont belles, gracieuse et … sans pudeur même, rie t-il. Et surtout … Je ne peux oublier avec qu’elle intensité la Force est vivante là-bas. C’est comme si celle-ci naissait de ses entrailles et se propageait dans tous l’univers pour venir jusqu’à nous. Tu verra Siri, fit-il en la regardant fixement. On ne peut rester insensible a ce monde et a tous ce qui l’habite.
A ces mots, Obi-Wan posa l’une de ses mains sur celle de la jeune fille. A ce contact, Siri frissonna d’une bouffé de chaleur bien mal dissimulé. Et aussi doux était cet attouchement, l’un comme l’autre voyait poindre l’amour qui les unissait de façon si intense qu’ils les brûla de sa morsure. Délicatement, Obi-Wan retira sa main et Siri se leva, les yeux baissé.
- Je ais te laisser, murmura-t-elle presque avec dépit.
- Oui, répondit il sur le même ton.
- Bonne nuit Obi-Wan.
- Bonne nuit, Siri.
La jeune fille marché rapidement jusqu’à la porte qui s’ouvrit dans un chuintement et sur la pas de porte hésita. Comment oublié les yeux d’Obi-Wan, son absence. Il était une chose dont il ne lui aait pas parler. Et se secret la rongea. N’atant pas d’une nature a laissé les choses se faire ignorer d’elle, Siri posa la question sans faire face a Obi-Wan.
- Dit-moi ?
- Oui, entendit t-elle dans son dos.
- Y’A-t-il quelque chose dont tu ne m’as parlé ?
- Je ne comprend pas fit Obi-Wan après un instant de silence pesant.
- Une personne …
Le jeune homme ne parvint pas répondre a cette question. Il se doutait de toute les implications qu’elle aurait dans le cœur de Siri et dans le sien. Il comprenait que rien n’était oublié, car les sentiments qu’ils éprouvaient ne c’était pas effacé avec le temps et encore moins le visage de SAliar « la sage ».
- Laisse tomber, ça n’a pas d’importance.
Siri sortie et la porte se referma de façon bien cruel. Obi-Wan s’allongea et songea que ce voyage serait bien plus problématique qu’il n’y paraissait.
__________
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
SAliar
Clone Commando
Clone Commando
avatar

Féminin Nombre de messages : 3394
Age : 41
Localisation : Dans les bras de l'empereur
Emploi : des trucs avec des images et des machins avec des mots

MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   Lun 30 Nov 2009 - 20:53

Une petite suite .. pour ce que sa intéresse.
_________


Les jours passèrent sans heurt à bord du vaisseaux qui continuait sa route vers Ksa'Ann. Si le cœur de Qui Gon Jinn avait retrouvé la paix, il n'en n'était pas de même pour les deux jeunes apprenti. Le maître ne put ignorer la faille qui c'était installée entre les deux jeunes gens et bien qu'il se doutait que les sentiments qui les unissaient en n'était la cause, il ne parvenait pas à déterminer ce qui avait pu provoquer un tel mutisme.
D'ordinaire, Siri et Obi-Wan discutaient cordialement et se taquinait même de façon très amical. Un étrange mélange qui à son avis, avait permit au deux padawans de ne pas se jeter dans les bras de l'autre et de construire à défaut d'un amour, une amitié solide, fondé sur le respect de l'autre.

Il avait tenté, alors, de les réconcilier en leur offrant l'occasion de purger ce malaise par des duels lui permettant par la même de juger des progrès de l'un et l'autre. Siri c'était manifestement libérer en affichant une hargne au combat presque inquiétante, mais Obi-Wan c'était montré défensif et seulement cela.
Une attitude qui laissa Qui Gon Jinn circonspect, mais il faisait confiance à Obi-Wan pour reprendre son flegme coutumier et c'est à quelque jour de leur arrivé qu'il constata, avec joie, que les deux amis c'étaient réconciliés en se battant comme chien et chat sur l'implication réelle du Olinium sur l'évolution des couches stratosphérique de la planète Neme, avant de s'accorder sur la cupidité des politiciens de ce même monde.
Et bien que les jours qui suivirent se passèrent sans heurt, permettant a Siri d'appréhender la langue de Ksa'Ann, Qui Gon Jinn apprécia ce matin ou il se leva et constata que le Vesperator quitterait l'hyperespace dans moins de 3 heures, 9 minutes et 37 secondes.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniclestarwars.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui Gon Jinn et L'artefact Jedi
» Qui-Gon Jinn
» Star Wars - Jedi : The Dark Side / Star Wars: L'Ordre Jedi 1
» Jedi Starfighter episodé 2 Revell
» Star Wars Episode VI : Le retour du jedi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxie-Starwars.com :: Créations Star Wars :: Star Wars - Fan-art, Fan-fictions & Fan-films-
Sauter vers: